Stéphane Guibourgé : L’écrivain se forge des outils de livre en livre

Selon Stéphane Guibourgé, un écrivain se forge des outils de livre en livre. Dans cette interview, il explique comment il a construit son roman Le nom de son père (Stock, 2011). Il parle également des personnages qui écrivent le livre, tandis que l’auteur doit lâcher prise pour devenir un simple scribe.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo :

 

(curiosphere.tv, production : France Télévisions – Striana, réalisation : Antoine Disle, Dominique Antoine, 2011)

 

 

 

 

 

 

Share this post

One Reply to “Stéphane Guibourgé : L’écrivain se forge des outils de livre en livre”

  1. silver price dit :

    Quels types de changements ont dû être apportés au manuscrit pour rendre le livre plus compréhensible pour les lecteurs américains ? Des choses précises, comme le titre du premier Harry Potter ? [Ndt : Harry Potter and the Philosopher’s Stone a été changé en Harry Potter and the Sorcerer’s Stone pour la version américaine] JKR : Très peu de changements ont été apportés au manuscrit. Arthur Levine, mon éditeur américain, et moi-même avons décidé que des mots ne devaient être modifiés que si nous sentions qu’ils seraient incompréhensibles, même dans leur contexte, pour des lecteurs américains. J’ai été critiquée par des écrivains britanniques sur le fait d’autoriser le moindre changement mais j’ai le sentiment que cet argument finirait par déboucher sur le fait de dire aux enfants français et danois que Harry Potter ne serait pas traduit, et que donc ils feraient mieux d’apprendre l’anglais. Le changement du titre était à l’origine une idée d’Arthur car il pensait que le titre britannique donnerait une mauvaise idée du contenu. Nous avons discuté de plusieurs différents autres titres et “Sorcerer’s Stone” était mon idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

scroll to top