Les secrets d’écrivain de J.M.G. Le Clézio

On ne présente plus J.M.G. Le Clézio qui a obtenu le Prix Nobel de littérature en 2008. Il fait quelques confidences sur sa façon d’écrire :

“Écrire à la main me laisse le temps de raturer et de revenir en arrière. Si je devais utiliser le traitement de texte, ce serait plus problématique, on efface facilement ! L’écriture à la main a un côté définitif. J’aime l’idée du manuscrit sur lequel on peut travailler point j’utilise un papier un peu épais, un peu rêche, ce n’est pas un papier glacé ; j’écris des deux côtés à l’encre et ça ne passe pas à travers.”

“Je n’ai pas de pièce dédiée à l’écriture. Écrire dans un bureau m’angoisserait. La cuisine est un lieu convivial, rempli d’odeurs, lié à la vie. Je me sens inspiré pour faire ma cuisine à moi. J’aime écrire la nuit. Le bruit me dérange. Trop de lumière et trop de vie à l’extérieur m’appellent dehors. Dans la journée j’écris des petits mots sur des carnets, en passant, je lis, je me promène, j’écoute ce que les gens disent. Je suis réceptif dans la journée et restitutif dans la nuit.”

copyright photo : Prolineserver (talk) — Travail personnel, GFDL

Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec J.M.G. LE Clézio dans le numéro 54 du magazine XXI

Share this post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

scroll to top