Gallimard lance ses ateliers d’écriture

Au mois de mai, Gallimard ouvrira ses portes pour proposer des ateliers d’écriture. Une tendance lancée en Grande-Bretagne il y a deux ans par l’éditeur Faber&Faber.

Après avoir longtemps été réticent à l’idée d’organiser des ateliers d’écriture, la maison d’édition Gallimard franchit le pas et s’apprête à aider les auteurs en herbe à améliorer leur écriture.

Cinq ateliers, animés par cinq écrivains

Le 5 rue Gaston Gallimard accueillera les participants au travers de cinq ateliers. Ils seront répartis en cinq thèmes différents et animés par cinq auteurs édités chez Gallimard : Jean-Philippe Arrou-Vignod s’occupera de l’atelier jeunesse, Laurence Caussé se chargera de l’écriture de nouvelles, Guy Goffrette introduira les participants aux mystères de la poésie, tandis que Jean-Marie Laclavetine aura pour mission d’enseigner la construction d’un récit. De son côté, Danièle Sallenave prendra en charge l’atelier “Carnet de Route” ou l’art de raconter une histoire.
Ces ateliers sont “ouverts à tous ceux qui désirent découvrir le plaisir de l’écriture ou souhaitent l’approfondir” précise le site internet des ateliers de Gallimard sur lequel les aspirants écrivains peuvent s’inscrire dès maintenant. Mais les places sont limitées à 15 personnes et la sélection des candidats se fait à travers un questionnaire à remplir, sous forme de lettre de motivation. Les 15 sélectionnés assisteront au total à 24 heures de  cours, découpées en huit modules de trois heures pour 1500 €.

Des ateliers qui existent déjà en Grande-Bretagne

Outre-Manche, l’éditeur indépendant Faber&Faber propose déjà ce genre d’ateliers depuis maintenant 2 ans. La Faber Academy, organise des cours gérés par des auteurs ou professeurs allant de trois à six mois. Des stages comme “Ecrire un roman” ou plus précis “Ecrire un roman policier”, limités à 15 participants, pour un coût allant de 1750 £ ( 2100€ ) les 48 heures (réparties sur 3 mois), jusqu’à 3800 £ ( 4560 € ) pour les cours s’étalant sur 6 mois. Des stages qui durent deux fois plus longtemps que ceux proposent par Gallimard. Ce genre de services va-t-il se démocratiser, et devenir courant dans les maisons d’édition ?

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.