5 façons de vous lancer dans l’écriture de votre roman

On demande souvent aux écrivains quelle était l’idée de départ de leur roman. Mais est-il vraiment nécessaire d’avoir une idée déjà toute faite ? Ce n’est pas certain. Voici 5 façons différentes de vous lancer dans l’écriture de votre roman. Et pour chacune d’entre elles, on vous présente l’avantage et le défi à relever. À vous de choisir !

 

1 : Trouvez le personnage

Tous les chemins mènent au personnage. Quelle que soit l’intensité de l’intrigue et de l’action que vous envisagez pour votre histoire, les lecteurs décrocheront rapidement s’ils ne ressentent pas un lien avec au moins un de vos personnages.

L’avantage : Vous avez un large éventail de choix à votre disposition. Quand vous êtes dans la rue, observez les personnes que vous croisez. Captez un regard, une démarche, une allure… Vos personnages peuvent également être inspirés par des personnes que vous connaissez réellement.

Le défi : Parfois, l’auteur s’attache tellement à écrire sur un personnage (comportement, traits physiques, souvenirs…) qu’il se retrouve avec une étude de personnage et non une histoire. Si vous réalisez cela, mettez de côté ce portrait que vous venez de réaliser et concentrez-vous sur l’histoire dans laquelle votre personnage évolue. Tout ce que vous avez écrit avant vous servira de base de données pour décrire les actions et réactions de votre personnage au cours du récit.

2. Écoutez sa voix

Il peut sembler étrange de parler de la voix d’un personnage indépendamment du personnage lui-même. Il peut s’agir de quelques mots entendus par hasard, une histoire que quelqu’un vous a racontée ou un fait divers. La voix est liée aux finesses de la langue, le choix et l’ordre des mots, la façon dont ils sont prononcés.

L’avantage : Comme pour les personnages potentiels, la voix est partout, il suffit d’écouter. On apprend beaucoup en écoutant attentivement les rythmes naturels d’une conversation. Écouter comment les gens parlent (et pas seulement ce qu’ils disent) est le meilleur moyen de découvrir la voix d’un personnage.

Le défi : Ce n’est pas parce que vous avez réussi à saisir la voix de votre personnage qu’il a quelque chose d’intéressant à dire. Vous pourriez penser que si vous vous concentrez sur sa façon de parler et de penser, l’histoire suivra. Mais la voix n’est qu’un moyen d’accéder au personnage. C’est ensuite l’action qui doit le révéler.

3. Mettez-vous dans une situation

Pensez à la situation comme à un précurseur de l’intrigue. La situation est une structure indépendante dans laquelle vous pouvez insérer des personnages. Quant à l’intrigue, elle se développe à partir des motivations spécifiques des personnages qui se trouvent dans une situation donnée.

L’avantage : Des questions telles que « Que se passe-t-il si des enfants entrent dans une armoire et découvrent un autre monde ? » ou « Comment faire pour que les lecteurs sympathisent avec un homme qui est infidèle à sa femme et en fuit les conséquences ? » vous mèneront à une situation.
Le défi : Pour ceux d’entre vous qui commencent toujours par le personnage ou la voix, un point d’entrée situationnel peut sembler gênant ou non authentique. Vous pouvez avoir l’impression de déplacer des marionnettes plutôt que des personnes. Si c’est le cas, revenez à des questions qui vous aideront à mieux comprendre vos personnages.

4. Suivez l’image

Il peut s’agir d’un flash qui vous reste de votre enfance ou d’un rêve / un cauchemar que vous avez fait. Cette image ne sera pas forcément le point de départ de votre récit, mais elle servira de point d’ancrage.

L’avantage : l’image ne vous contraint pas immédiatement à un personnage, et pourtant, l’image est puissante. La façon dont l’image est observée et décrite peut revêtir une importance considérable dans une histoire.

Le défi : l’image n’est pas l’histoire. Une description vivante, tout comme une voix parfaitement rendue, ne peut se suffire à elle-même. Ne laissez pas votre désir de détails prendre le pas sur les connaissances et les priorités de vos personnages. Ce qui intéresse les lecteurs, c’est l’action !

5. Envoyer un message

Un roman ne devrait pas servir à transmettre un message. Pourtant George Orwell a fait passer un message avec 1984. Et nous sommes tous d’accord pour dire que c’est plutôt bien réussi. Alors comment faire ?

L’avantage : Lorsque vous commencez votre récit avec un objectif en tête (faire passer un message à vos lecteurs), vous disposez sans aucun doute d’un « guide » déjà prêt dans lequel sélectionner et choisir toutes les idées qu’il est nécessaire d’inclure.

Le défi : Il y a un grand risque à commencer par un message, car en essayant de servir votre objectif, vous pourriez vous retrouver avec une tribune plutôt qu’une histoire. En tant que romancier, n’oubliez pas que votre objectif premier doit être de créer une bonne histoire.

 


 

Vous avez besoin d’aide pour écrire votre roman ?
Nous sommes là pour vous aider !

Faites corriger
votre manuscrit

Vous avez fini d’écrire votre livre et vous souhaitez envoyer un manuscrit clair et « propre » à des maisons d’édition ? Confiez votre texte à nos correctrices. Elles débusquent les erreurs d’orthographe, de grammaire et de syntaxe, les fautes typographiques, les lourdeurs et les répétitions. Elles peuvent également vous proposer des améliorations de style, de vocabulaire ou de niveau de langue. En savoir +

Faites évaluer
votre manuscrit

visu-diagnostic-carre

Vous avez fini d’écrire votre roman ou votre recueil de nouvelles ? Vous souhaitez bénéficier d’un regard critique et constructif sur votre texte pour savoir s’il est abouti ? Le diagnostic de votre manuscrit est une analyse détaillée qui vous permettra d’améliorer votre texte. Votre conseiller littéraire vous explique ce qui « fonctionne », ce qui ne « fonctionne » pas, pour quelles raisons et vous donne des pistes de retravail. En savoir +

 

 

Share this post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

scroll to top