Winnie Mae Parker

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

– Allez Winnie Mae! Qu’est-ce que tu fout bordel! Tu veux nous laisser dehors toute la nuit?
Je te rappelle que j’ai des invités!
Winnie Mae regardait Ray par la petite fenêtre de la cuisine, de là où il ne pouvait la voir.
Des invité? Sammy Bird et Moses Harnes! Les poivrots de ballade de Ray, elle ne les connaissait que trop bien!
– Winnie ma chérie ouvre nous cette putain de porte!
Ray s’était mis à tambouriner de plus en plus fort maintenant.
– Eh, espèce de tordue! Tu veux que je défonce cette fichue lourde, où quoi!!
Sammy et Moses s’étaient mis à rire grassement, tapant sur les épaules de Ray, comme pour l’encourager!
– Tu l’auras voulu!
Mais déjà le verrou glissait froidement, laissant la lumière innonder le seuil de la maison.
Ray plongea ses yeux alcoolisés dans ceux de sa femme, grognant un long moment.
– Désolé Ray, je dormais…
– Ouais! C’est ca! On réglera ça plus tard balança-t-il froidement avant de disparaitre avec ses ’frères‘ comme il les appelait souvent en les poussant vers le bureau.

Winnie Mae Parker était une femme d’une rare bonté. Elle avait rencontré Ray au bal de la promo 1980, alors qu’elle n’était qu’une petite étudiante boutonneuse et meurtrie. Amicalement, il l’avait prise à la bonne, et Winnie ne tarda pas à tomber enceinte de leur premier enfant: Collin.
Ray faisait parti de ces garçon qui ne laissait pas les filles indifférentes! Pilier de l’équipe de foot, il en imposait tant par sa carrure que par sa gouaille, et Winnie May était tombée dedans au premier regard.
Trois bambins plus tard, (Margie et Tomber vinrent très rapidement après Collin), trente cinq ans de mariage plié, les choses avaient virées au cauchemar. Et pourtant, Winnie May était restée fidèle au poste, constante et droite, regardant plonger inexorablement son homme dans l’alcool, la drogue et tout le reste.
Une gifle une fois… un coup de poing une autre… et…
Des bleus souvent.

A Periscane Bay, tout le monde connaissait Winnie. La ville n’était pas bien grande, juste un petit port de pêche où Ray avait longtemps frotté ses culs de pantalons sur le bois des bateaux ancrés ici, jusqu’à ce qu’il flanque tout par terre au grand désarroi de Winnie après un soir de beuverie.
Elle seule travaillait du coup, pas de façon fixe, mais elle se débrouillait toujours pour que personne ne manque de rien. C’était un membre actif de la paroisse et elle ne manquait jamais le sermon du pasteur le dimanche. Même le sheriff chez qui elle faisait parfois quelques ménages, l’appréciait particulièrement. Elle était toujours là pour tous, y compris pour Ray et tous l’appréciait.

– Winnie! Winnie! Winnie! bordel va tu répondre!
Ray devait appeler depuis un moment pour s’en énerver à ce point. Peut être l’avait elle entendu? Ses yeux fatigués s’étaient fermés et elle se trouvait bien. C’est à peine si elle avait sentit Ray la saisir par les cheveux pour la trainer jusqu’au bureau, fou de rage.
– Dites lui vous deux! Elle me doit le respect, non?
Sammy et Moses acquiescèrent en pantins bouffis d’alcool, exécutant autour de Winnie une danse dont eux seuls connaissaient les pas.
Puis il y eu une pluie de coup de pieds, de coups de poings, un craquement d’os et le sang d’une lèvre fendue…des rires et un  « ca lui apprendra »…

Au sol il y a quelque chose qui brille et que Winnie attrape. Elle n’a plus mal. Elle va le faire.
La lame s’enfonce alors dans le corps de Ray, une fois, deux fois, plusieurs fois. L’odeur du sang âpre et métallique envahie la pièce. Sammy et Moses ne sont plus là. Ray la regarde, mais Winnie ne le voit plus. Une dernière fois, elle se libère de lui en le frappant.

Déjà, les sirènes hurlent au dehors. Winnie s’est assise et attend. Toutes ces années où elle s’est sentie morte viennent de s’enfuir, et un sourire enfin nait sur ses lèvres meurtries.
Le Shérif est là. Les secours…Winnie regarde un peu partout, ils sont là pour elle. Ray est mort et Winnie vient de renaître.

J.FERRERO

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.