Une écrivaine nominée par erreur à un prix littéraire

Lauren Myracle se souviendra longtemps d’octobre 2011. Victime de la bourde monumentale d’un jury, cette écrivaine américaine a été nominée à un prix littéraire pour la jeunesse… avant d’être obligée de se retirer.

La joie aura été de courte durée pour Lauren Myracle. En une semaine, cette écrivaine américaine aura appris sa nomination pour le prix littéraire National Book Awards (catégorie littérature jeunesse), avant qu’on lui indique que sa candidature avait été retenue par erreur. Finalement, elle a décidé de se retirer de la course.

Confondu avec un autre roman

« En début de semaine dernière, j’étais sur un petit nuage quand j’ai su que que [mon roman] Shine faisait partie des finalistes pour le National Book Awards, confie Lauren Myracle dans un communiqué diffusé par sa maison d’édition, Amulet Books. Puis on m’a averti que c’était une erreur, tout en me précisant que je restais en compétition, car mon livre le méritait. Mais, le vendredi, on m’a demandé de me retirer afin de préserver l’intégrité du prix et du jury, ce que j’ai accepté de faire. »

Malheureusement pour Lauren Myracle, son livre Shine aurait été confondu avec un autre, intitulé Chime, lors de la transmission des nominés par téléphone. C’est en tout cas ce qu’affirme Harold Augenbraum, directeur exécutif de la fondation National Book Awards, organisatrice du prix. Cette erreur, poursuit-il, n’aurait été identifiée que lors de l’annonce officielle des finalistes.

« Elle a accepté les choses avec beaucoup d’élégance »

« Nous regrettons vraiment cet incident, tout comme nous regrettons d’avoir été obligés de demander à Lauren Myracle de se retirer, a-t-il ajouté. Rien de tout cela n’est de sa faute, et nous la remercions d’ailleurs de son comportement, elle a accepté les choses avec beaucoup d’élégance. »

Après avoir promis que « ce genre de bourde ne se reproduirait plus », Harold Augenbraum a également révélé que sa fondation ferait une donation de 5 000 dollars (environ 3 600 euros) à une association de lutte contre l’homophobie, l’un des thèmes principaux du roman de Lauren Myracle.

(d’après The Publishers’ Weekly)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.