Un roman policier britannique contient en moyenne 8,38 morts

Les auteurs de polar de Sa Majesté aiment tuer dans leurs ouvrages. Et certains y ajoutent une bonne dose d’imagination.

Du sang et de l’inventivité. Voilà le mariage préféré des écrivains britanniques spécialistes du roman noir. C’est ce qui ressort de l’étude effectuée par l’Association des auteurs de romans policiers du Royaume-Uni (Crime Writers’ Association, CWA) auprès d’eux.

Coupé en tranches par un dénoyauteur d’olives

Intitulée « Bloodthirsty Britain » (« Des Britanniques assoiffés de sang »), l’enquête indique que, pour l’année 2010, les maîtres de la fiction criminelle ont massacré en moyenne 8,38 personnes dans leurs ouvrages. L’un d’entre eux a même été particulièrement meurtrier, puisqu’il a exécuté pas moins de 150 victimes.

Et pour éviter de rendre ce gigantesque bain de sang trop monotone, les auteurs déploient toute leur créativité. Au choix, les pauvres personnages assassinés dans leurs romans ont trépassé après avoir été coupés en tranches dans un dénoyauteur d’olives, décapités par un câble, écrabouillés par un instrument de musique en cuivre ou empalés sur les cornes d’un bouc. L’un de ces héros malheureux est, lui, mort asphyxié : son meurtrier lui avait collé la bouche et les narines avec de la glue…

« Explorer son côté malfaisant »

Si cette étude peut prêter à sourire – si si, l’humour noir existe, les commentaires de certains auteurs, eux, ont plutôt de quoi inquiéter. « J’aime les romans policiers meurtriers, car ils installent plus de tension, ils permettent aussi à chacun d’explorer son côté malfaisant, celui dont presque personne n’ose se servir dans la vraie vie », a ainsi expliqué l’un d’entre eux. D’autres se sont montrés plus grandiloquents : « C’est un genre fantastique, autant que n’importe quel autre roman dit « littéraire », pour interroger les grandes questions morales qui se posent sur notre société et l’état de l’humanité », a affirmé un écrivain.

Les résultats de “Bloodthirsty Britain” ont été dévoilés en ouverture de la semaine nationale du roman policier (« National Crime Writing Week »), qui se déroule du 13 au 19 juin à travers toute la Grande-Bretagne.

Sur le même sujet, lire aussi : Le crime fait toujours leurs affaires.

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.