Un recueil de nouvelles écrit sous forme de cadavre exquis

Sept écrivains, dont Tatiana de Rosnay et Daniel Picouly, se sont associés pour écrire 52 nouvelles. Pour ce faire, ils ont suivi le principe du cadavre exquis.

Nous vous avions déjà parlé d’un roman policier écrit à 52 mains. Ici, 52 se réfère au nombre de nouvelles du recueil, ainsi qu’à son titre. Les écrivains, eux, ne sont « que » sept. Et, suivant le principe du cadavre exquis, tous ont participé à l’écriture de chacune des nouvelles – dont la taille est de sept pages (une par auteur).

En adoptant une tonalité polar, Tatiana de Rosnay, Daniel Picouly, Irène Frain, Harold Cobert, Yann Queffélec, Christine Orban et Didier Van Cauwelaert ont ainsi imaginé la première page d’une intrigue, ont poursuivi le scénario inventé par un autre ou ont conclu, le plus souvent de manière inattendue, l’histoire d’un troisième.

Une histoire de polars…

Inventé par le mouvement artistique des surréalistes autour de 1925, le cadavre exquis est, au départ, « un jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles puissent tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes ». Parmi les premiers participants, on retrouve notamment Jacques Prévert et André Breton.

Avant 52 cadavres exquis, d’autres oeuvres littéraires ont elles aussi été composées de cette manière. Le plus souvent, il s’agissait de nouvelles et / ou romans policiers. On peut ainsi citer L’amiral flottant, auquel contribua Agatha Christie, ou, bien plus récemment, Connexions, co-écrit par des internautes de l’émission littéraire « Au Field de la nuit ».

(d’après TV5 Monde)

Sur le même sujet, lire aussi :

Un roman policier à… 52 mains !

Partagez cet article

One thought on “Un recueil de nouvelles écrit sous forme de cadavre exquis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.