Un livre de retour de prêt avec 123 ans de retard !

Le texte a été découvert totalement par hasard dans l’ancienne demeure d’une riche famille anglaise, aujourd’hui propriété d’Etat. Aucune sanction ne sera prise.

La bibliothèque de Troubeck, au Royaume-Uni, a fermé ses portes depuis longtemps. Mais ses responsables seraient certainement contents d’apprendre qu’un de leurs ouvrages perdus vient d’être retrouvé … 123 ans après son emprunt !

Le livre en question, Good Words de Donald MacLeod, avait été emprunté en 1888 par les Browne, une riche famille de la ville,… qui ne l’avait jamais rendu. Depuis lors, il avait demeuré sur une étagère de bibliothèque. C’est un employé de National Trust (ndlr : l’équivalent de nos services des monuments historiques), aujourd’hui propriétaire des lieux, qui est tombé dessus totalement par hasard.

Une pénalité de retard qui aurait pu être record

« George Browne, qui vivait ici à l’époque avec sa femme et ses trois filles, était un passionné de lecture. On l’imagine mal oublier de rendre un livre qu’il avait emprunté, a confié Katrina Zanhak, conservatrice de la maison des Browne, après la découverte. Mais si c’est vraiment lui, c’est très mal de sa part. »

Aucune pénalité de retard ne sera appliqué pour cet emprunt à très très longue durée. À 10 pence par jour (environ 12 centimes d’euro), comme le demandait la bibliothèque à l’époque, la somme aurait été rondelette : 4 489,50 livres sterling, soit près de 5 380 euros !

(d’après The Daily Mail)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.