Un format unique de livre numérique au niveau européen ?

La commissaire européenne en charge de la stratégie numérique, Neelie Kroes, a lancé cette idée lors de la récente foire internationale du livre de Francfort. Elle entend ainsi favoriser le « libre choix » des consommateurs en matière de fournisseur d’ebooks. 

Elle avait déjà plaidé en faveur d’une harmonisation à 5,5 % du taux de TVA sur les livres numériques. Mais la Néerlandaise ne s’est pas arrêtée là. Lors de la récente foire internationale du livre de Francfort, la commissaire européenne en charge de la stratégie numérique, Neelie Kroes, a aussi émis l’idée d’uniformiser les formats de livre numérique en circulation dans l’Union européenne. « Avec le développement de l’édition du livre numérique, il semble de notre devoir de se demander comment en assurer l’interopérabilité, a-t-elle expliqué. Cela veut par exemple dire que les gens puissent acheter un contenu pour n’importe quel appareil chez n’importe quel distributeur, transférer ce contenu d’un appareil à l’autre et en conserver l’utilisation même une fois l’appareil arrivé en fin de vie. »

Le but ? « Favoriser l’ouverture, la liberté et le choix du consommateur – les libraires indépendants y trouveraient eux aussi des avantages », a soutenu Neelie Kroes. Avant de regretter : « Des formats ouverts existent déjà en matière d’ebook, mais peu de distributeurs les adoptent. » C’est le cas de l’ePub en particulier, que des fournisseurs de livres numériques comme Amazon, leader dans le domaine, refusent. Le géant de la librairie en ligne, qui dispose de sa propre liseuse – le Kindle -, a en effet développé son propre format propriétaire. Et si celui-ci est compatible avec d’autres plateformes, il ne l’est pas avec toutes, freinant ainsi la libre concurrence.

L’exemple de l’industrie du disque

Une situation à laquelle Neelie Kroes entend mettre fin. Et si, comme le souligne mobilivres.fr, Amazon ne semble pas prêt à abandonner son modèle économique pour le moment, deux facteurs pourraient bien faire changer d’avis la société de Seattle dans un futur proche : « D’une part, la montée en puissance de la concurrence des tablettes et des autres fabricants de liseuses sur un marché qui a longtemps été la chasse gardée d’Amazon ; d’autre part, le développement d’offre de contenus numériques concurrents comme celles d’Apple ou de la Fnac. »

Le site Internet croit d’autant plus à ce revirement qu’il s’est déjà produit dans un autre domaine : l’industrie du disque, où Apple a fini par rendre tous ses lecteurs compatibles avec le format standardisé MP3. « Certains ténors de l’éditions ont beau répéter que le marché du livre numérique est différent de celui de la musique en ligne, rien ne prouve encore qu’ils aient raison », conclut l’article.

(d’après mobilivres.fr)

Sur le même sujet, lire aussi :

La TVA réduite pour le livre numérique fait débat en Europe

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.