Un appel en faveur de la librairie indépendante

Ce plaidoyer émane d’un collectif de petits libraires. Ils déplorent notamment la mainmise des grandes entreprises sur le commerce de la librairie en ligne.

En ces temps de crise économique, il ne fait pas bon être un petit libraire. Si certains parviennent à survivre tant bien que mal, d’autres échappent de peu à la faillite, voire n’ont même pas cette chance…

Face à cette situation, certains professionnels ont décidé de se mobiliser. Le collectif Librest par exemple, qui vient de faire publier un appel à la défense de la librairie indépendante dans le quotidien Le Monde.

« Des géants mondiaux sans âme »…

Dans ce texte, cosigné par huit libraires, le collectif déplore que le e-commerce se soit développé au détriment des petits libraires. La faute en incombe, selon eux, à « des géants mondiaux sans âme », qui « dominent largement cette zone virtuelle de libre-échange » par des pratiques déloyales : entre autres, une « habile domiciliation là où la fiscalité est faible », « des pratiques commerciales déstabilisantes vis-à-vis de leurs concurrents » et « des comportements choquants envers leurs salariés ».

Offensif, Librest regrette aussi que les lecteurs ne prennent pas plus en compte « les considérations sociales » (« ils créent quatorze fois moins d’emplois directs que ne le font les librairies ») ou « les exigences culturelles ». « Qu’importe l’identité de l’opérateur et sa façon de faire pourvu que le service attendu, certes partiel, soit rendu rapidement », se désespère le collectif.

… versus des petits libraires humains, passionnés et authentiques

Mais le texte n’est pas uniquement à charge. Il termine d’ailleurs sur une note positive, où sont mises en avant les qualités des libraires indépendants. Proximité, passion, humanité, authenticité sont quelques-uns des termes qui reviennent. Avec ce rappel en guise de conclusion : « N’oubliez pas que, depuis trente ans, le prix du livre est fixé par l’éditeur, donc, sur la Toile comme ailleurs, choisissez à qui vous l’achetez ! »

(d’après Le Monde)

Partagez cet article

2 thoughts on “Un appel en faveur de la librairie indépendante

  1. Thomas Galley

    Je suis client d’Amazon depuis de longues années… Je fais donc confiance à un de ces géants sans âme dont il est question dans l’article. Mais pourquoi ? La réponse est assez simple : Pendant des années (et comme je suis né en 1964, je connais un monde sans internet), j’ai été obligé d’acheter mes livres en librairie. Dans la plupart des cas, c’est moi qui ai dû choisir mes livres dans le catalogue, la grande majorité des libraires et de leurs employés se révélant d’une incompétence flagrante dès qu’on quitte le courant fangeux du « main-stream » (ô si bien nommé). Ensuite, comme j’adore la SF, et que c’est largement un domaine anglo-saxon, il est tout naturel que je veuille acheter des livres pas encore traduits. Pour ne rien dire de la qualité souvent navrante des traductions. Mais quand on demande, en librairie, un prix qui équivaut au double voire au triple du prix original, c’est de l’abus pur et simple.

    Résumons : Quand c’est moi qui fais le travail du libraire, autant me passer de ses services. Et si ensuite je peux avoir les livres à un prix raisonnable (sans devoir attendre 8 semaines avant de l’avoir entre les mains), la décision n’est pas difficile, ni à prendre ni à justifier.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.