Une surprenante conversation

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

— Selon vous, Rose, qu’est-ce que le bonheur ?
Rose, assise sur un canapé face à son thérapeute, garde le silence. Par la fenêtre, elle regarde tomber la nuit. L’agitation de cette fin de journée, fait basculer Paris dans un tourbillon. Les voitures prennent d’assaut les routes, les citadins, les bouches de métro. Ils se bousculent sur les trottoirs, pressés de retrouver…quoi au juste ? Se demande-t-elle.
Après un court instant, le docteur ouvre la bouche pour l’interpeller à nouveau.
— Je vous ai entendu, docteur, dit-elle. Je réfléchissais à la bonne réponse à donner à cette question difficile.
— Et ?
— Je ne sais pas. Votre question est à la fois trop vague et trop précise.
— Très bien. Je vous la repose autrement. Qu’est-ce qui vous rend heureuse, Rose ?
— Pourquoi me posez-vous une telle question ?
— Rose, quand avons-nous débuté cette thérapie ?
— Il y a cinq ans.
— Vous rappelez-vous, ce qui vous avait poussé à chercher une écoute particulière ?
— Oui, docteur. Je voulais trouver le bonheur, le ranger dans une jolie boîte, et le garder avec moi pour toujours.
— L’avez-vous trouvé après toutes ces années ?
— Non.
— Où l’avez-vous cherché ?
— Dans ma jolie maison, dans mon travail bien payé, dans les yeux de mon mari, dans ceux de mes enfants, dans nos séjours au soleil pendant les vacances, dans ma jolie voiture, dans mon jardin où s’épanouissent des parterres de roses. Partout, docteur. J’ai sondé tous les coins et recoins de ma triste vie…
— Et ?
— Je ne l’ai pas trouvé, dit-elle tristement.
— Pensez-vous qu’il existe ?
— Je ne sais pas…
— Vous êtes-vous déjà dit que vous en attendiez trop ?
— Du bonheur ?
— Oui.
— Pourquoi penserais-je une telle absurdité ? Le bonheur n’est-il pas un sentiment absolu ? Ne s’agit-il pas de tout avoir ? Souhaitez-vous que je me contente d’un sentiment tiédasse et insipide ?
— Rose, même insipide et tiédasse, ordinaire et sans éclats, le bonheur reste le bonheur. Il n’a pas besoin de briller de mille feux, au point d’aveugler le monde qui vous entoure pour être suffisant, dit-il sur un ton exaspéré.
— Que se passe-t-il, docteur ? Demande-t-elle, déstabilisée par son attitude singulière.
— Vous êtes en thérapie depuis bien trop longtemps pour le mal qui vous ronge. Vous vous plaignez pour des petits riens, croyez-moi, et ce faisant, vous perdez de vue l’essentiel. Beaucoup de mes clients me consultent pour donner du fuel à leurs angoisses, pour les dorloter. Ils font l’erreur de penser qu’ainsi, ils trouveront une solution, mais ils ont tort. Il n’est pas nécessaire que tout ait un sens. Parfois, le défi est d’accepter, d’avoir de la résilience. J’en ai marre de vous voir perdre vos plus belles années dans la plainte et les complaintes. Je suis fatigué de vous entendre déblatérer sur des problèmes futiles. Dehors, Rose, il y a des gens malades, qui dorment dans la rue, il y a des orphelins victimes de la guerre, de la famine…Vous ne vivez rien de tout cela. Ai-je tort ?
— Non, docteur, répond-elle les yeux agrandit par la stupéfaction.
— Dites-le. Dites-le à voix haute, avec fierté.
— J’ai une belle maison, un mari qui m’aime, des enfants superbes. Nous vivions une vie légère, exempte de drame…
— C’est cela, dit-il doucement comme satisfait de sa docilité. Ces problèmes dont vous faites des montagnes ne sont en réalité que des désagréments, car Rose, le bonheur est imparfait.
Sonnée, elle garde le silence.
— Noël approche. Si vous voulez trouver le bonheur, rendez-vous à l’hôpital, et offrez des cadeaux à des enfants malades. Aidez quelqu’un à trouver un abri contre le froid. Offrez-lui un repas chaud quand il a faim. Donnez, donnez, donnez, de tout votre cœur, car Rose, le secret du bonheur, est dans l’amour et l’entraide.
Il se lève et la raccompagne à la porte.
— Rose, suivez mon conseil. Essayez. Si j’ai tort, dénoncez-moi au conseil déontologique. Si j’ai raison, alors, soyez heureuse. Joyeux Noël, dit-il en fermant doucement la porte.

Ally F. Rose

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.