Un souvenir douloureux

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Il fait presque nuit quand Aline prit le chemin de sa maison. Elle apprécia l’air frais de la soirée qui lui aère l’esprit. Un air de musique vint à ses oreilles. Comme elle passa devant l’école primaire, elle y jeta un coup d’œil futile. Une maison était comme posé au milieu de la cour. Elle est complètement ouverte. C’est de là, que vient la fête. Une musique joyeuse en sortit. Elle s’en approche. La musique s’arrête subitement. Elle décide d’y entrer. Un homme s’affaire au milieu de la pièce à ranger des chaises. Il y avait quelques bandeaux rouges sur les tables encore disposées en U.
Une atmosphère de satisfaction prenante irriguait le salon. Des ballons multicolores ornaient le plafond. Le feux dans la cheminée s’était éteint. L’homme lui adressa un sourire.
Qu’avez-vous fêtez dans cette maison ?
Il y a eut une réunion sur la recherche contre le SIDA, ainsi qu’une vente aux enchères pour en faire don de l’argent pour les recherche.
Elle vit un cahier sur la table d’entrée et y lut quelques commentaires. Beaucoup de gens connaissait des malades de ce virus. Elle-même en connut un. Son frère mort au bout de deux ans d’un combat inutile selon elle. Aline eut pitié de ce vieux monsieur qui rangeait péniblement les chaises. Elle l’aida. Le rétro-projecteur au fond de la salle tournait toujours. Montrant des hommes et des femmes gardant le sourire. Puis quelques célébrités qui s’immobilisaient au milieu d’une tourner ou d’un tournage de film, expliquant qu’il fallait faire des dépistages très régulièrement. La salle à mangé étant en ordre, l’homme s’affaira dans la cuisine. Elle eut envie d’aller au toilette. L’homme lui indiqua l’étage. Elle grimpa l’escalier en colimaçon qui se terminait sur un petit couloir très étroit. Elle y découvrit deux chambres, une salle de bain et des toilettes. Dans la plus petite chambre, elle y découvrit un jeune garçon assit sur son lit lisant un livre. Quand elle voulut s’en aller pour le laisser lire tranquille, celui-ci lui fit signe de s’asseoir à coté de lui. Le petit garçon la pria de continuer à lire son livre a voix haute pour qu’il s’endorme plus vite. Elle fut amusé quand celui-ci lui tendit un très beau livre d’enfant : Le Petit Prince. Un livre qui l’avait fait rêver étant petite. Quand elle commença la lecture, il s’allongea sur son lit en serrant très fort l’ourson marron posé sur l’oreiller. Pendant qu’elle lisait, il s’endormit. Elle continua encore quelques pages puis sorti de la chambre éteignant la lumière au passage. Elle voulut boire un peu d’eau dans la salle de bain, quand son regard s’arrêta sur le petit meuble en face du lavabo. Elle reconnut les même médicaments que son frère prenait avant de mourir. Son moral descendit d’un coup. Le petit garçon était un de ces milliers de malades atteint du SIDA. Ses parents avaient-ils succombé au virus ? Elle le sut que bien des mois plus tard, lors de l’enterrement du petit garçon. Son grand père s’en était occupé seul espérant que d’ici là, il y aurait un antidote. Mais en vain. Elle referma la porte de la salle de bain, alla aux toilettes et descendit.
L’homme avait disparut. Elle demeurait seule dans le salon encore chaud de l’ambiance chaleureuse des dons acquis. Dans la cuisine, elle se servit du café. Et voulut encore aider le vieux monsieur en rangeant la vaisselle déjà sèche. Elle ne pouvait rentré chez elle avant le retour du grand père. Laisser seul, l’enfant était un risque. Elle remit la musique baissant le volume, et l’écouta tout en buvant son café. Le rétro-projecteur n’était plus là. Le grand-père était sûrement aller le rendre à la mairie. Il réapparut quelques minutes plus tard et s’installa avec elle, lui racontant sa jeunesse.
C’était un homme courageux et très militant. Ayant assisté et programmé plusieurs réunion ou courses à pieds contre cette maladie, il ne passait pas un jours sans qu’il y pense. En regardant l’heure tardive sur sa montre, elle s’excusa et s’en alla en faisant elle aussi un don.

Optimus

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.