Theo

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

La première fois que je l’ai vu, il boudait sur son banc dans la cour de récréation.
Il a levé timidement les yeux vers moi.
Jamais je n’avais vu des yeux aussi grands et à l’expression aussi intense.
C’en était presque effrayant. J’ai soutenu son regard et lui ai souri.
Quand Théo est content j’y vois le plus grand bonheur. Quand Théo est triste j’y vois la plus grande douleur. Quand Théo est inquiet j’y vois la plus grande frayeur.
Théo ne parle pas, ou presque.
Je suis son auxiliaire de vie scolaire, je m’occupe de lui en classe quatre jours par semaine.
-Regarde cette grosse bille rouge et cette petite bleue. Donne-moi la grosse rouge.
Je dois répéter dix fois ma consigne avant qu’il accepte de la prendre et de la déposer dans le creux de ma main. Puis faire la même chose avec la petite et ne pas se tromper quand je lui demande la grosse rouge ou la petite bleue.
Dix fois, cent fois, je ne me lasse jamais de répéter….et de la regarder.
Il est beau comme un feu de cheminée, je le regarde crépiter.
Théo pousse de petits cris de chiot, sautille et tombe, se relève toujours sans pleurer et recommence. Il court, tombe, se relève. Je lui fais faire deux fois par semaine des exercices de psychomotricité. Il prend peu à peu confiance en lui. Quelques mois plus tard il ne tombera presque plus et arrivera même à sauter à cloche pied !
Il est tellement heureux que c’est dans mes bras qu’il saute, qu’il tombe. Et nous tombons ensemble en hurlant de rire.
Théo n’a pas de maman, je dois faire attention au transfert…Je lui ai dit de ne pas m’appeler maman, comme il est rusé il miaule « maou! »
Ses camarades le boudent, les enfants « pas comme les autres » sont mal acceptés, ils inquiètent…Même les instits et les dames de service le regarde avec un drôle d’air.
Au bout de trois mois Théo sait faire un collier de perles en bois en alternant les perles bleu et les perles rouge, il connait par cœur tous ses puzzles et sait même écrire son nom.
Quand Théo me regarde j’y vois toute la tendresse du monde. Moi je ne vois pas mes yeux quand je le regarde mais je crois bien qu’on y voit la même chose…
L’année prochaine nous devrons nous séparer car n’oublions pas qu’il faut éviter le Transfert! Alors c’est moi qu’on transfère.
Aussi à la fin de l’année scolaire je le prends sur les genoux et lui dit qu’après les grandes vacances je vais partir m’occuper d’un autre enfant mais qu’il restera toujours dans mon cœur.
Théo fronce les sourcils puis écarquille les yeux comme deux billes noires irisées de lumière prêtes à éclater . Soudain il renverse violemment la tête en arrière. Et se met à rire, à rire!
Et moi à pleurer.

Valérie Claro

Partagez cet article

4 thoughts on “Theo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.