Pas les écoles…

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

— Une maison au milieu d’une cour d’école. Elle est complètement ouverte. On dirait une fête…
Benjamin tourna la tête vers la fenêtre en souriant.
— De quoi tu parles ? interrogea Stella, étonnée.
Il ne répondit pas. Elle posa alors sa menotte sur sa main tannée.
Le quadragénaire poursuivit sur un ton monocorde :
— A l’intérieur, un tapis rouge emplissait la pièce. Une petite fille m’avait emmené à l’intérieur…
Stella l’écoutait sans mot dire.

— Je ne m’imaginais pas trouver un tel bijou, au centre de Kefkan. Tu comprends, quand je suis arrivé, j’ai d’abord vu des tas d’immondices…
— Des immondices ?
— Absolument.
— Non, mais des immondices, c’est quoi ? demanda-t-elle, s’impatientant.
Il expliqua :
— Ce sont des déchets. Là-bas, on ne ramasse pas les poubelles.

Il continua :
— Et soudain, des enfants sortaient par une porte. Ils m’ont salué en riant, une fillette est venue et m’a pris la main… On aurait dit une caresse. Et son regard était si doux…
…Qu’il aurait pu réconcilier le monde, songea-t-il. Mais il se sentit idiot de penser cela, et il commenta simplement :
— Un peu plus tard, on m’a appris que ce lieu était une salle de prière où les villageois aimaient se rassembler.

— Et ? pressa la fillette
— J’y repense souvent.
Ses lèvres charnues se pincèrent et une lourde amertume se figea sur son visage.
Il baissa la tête.
Il ne lui dit pas que ce pavillon avait été… pulvérisé par une bombe lâchée par un drone.
Quant à la fillette…

Maudit soit Habib Khan !
Habib Khan, et son soi-disant projet humanitaire : «Je veux leur faire parvenir des médicaments. En hiver, ils passent parfois une semaine coupés de tout. Ma mère est là-haut, vous comprenez ?»
Le fait d’utiliser un drone en forme d’oiseau lui avait garanti l’impunité.

Et ce drone, il en était… l’inventeur.

— Et pourquoi tu n’y retournes pas ?
Benjamin ne répondit pas.
A cet endroit s’arrêtait ses rêves.
Un homme avait détourné la science de son objet ; pire, il avait utilisé la pointe du progrès contre l’innocent.
Et lui, l’ingénieur, il avait gardé le silence.
La peur.
La honte.

— Tu ne dis plus rien ?
— Je réfléchis…
Depuis quelques mois, il était entraîné contre son gré dans un projet qui devait permettre à n’importe qui de se procurer un drone, drone qui serait de surcroît autorisé à pénétrer jusqu’au cœur des villes. Il hésitait à parler de son expérience pour le stopper.

La pièce de prière, précieuse et ouverte, rouge, au milieu des enfants, symbole de vie et de liberté…
C’est de cette image-là qu’il partirait pour relater comment, contre toute attente, un drone pouvait devenir une arme redoutable.

Brusquement, il l’embrassa :
— Je te laisse Stella, tu m’as donné l’idée qu’il me manquait pour protéger des petites filles comme toi.

Les images qu’il trouva de Kefkan ne montraient que le trou béant et les corps alignés. Il élargit ses recherches à tout le Corridor du Wahkan afghan. Un ami artiste permit que ce lieu revive au centre d’une affiche apocalyptique.
Les tournées qu’il effectua permirent de dissuader le ministère à l’origine de ces fameux desseins d’apprenti sorcier de mettre ses plans à exécution. Les drones ne devaient pas approcher les lieux de vie, surtout pas les écoles.

***

Quelques années plus tard, Benjamin demanda à rencontrer le nouveau Secrétaire d’Etat aux transports.

— Vous avez fait du bon boulot. Le terrain est balisé maintenant.
— On aurait pu inonder le ciel de nos drones. Mais je ne pouvais pas, vous comprenez ?
— Avec soin, sans empressement et sans soucis…
— Pardon ?
— C’est la devise de mon grand-père. L’avancée technologique se fait à condition qu’on la dote de freins à sa mesure.

Benjamin se lança :
— Monsieur le secrétaire d’état, je suis venu vous présenter un projet qui mettra le drone au service de tous et en toute sécursécurité : Un réseau tubulaire. Cela prendra du temps, mais…
— Je m’en doutais.
— De quoi monsieur ?
— Que vous reviendriez.

Melinda

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.