Mon arbre de paix

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Dans mon école il y a les petits, les grands, les rêveurs et les menteurs. Ils s’amusent, quoique, le fait de tenir avec un groupe ou l’autre peut sérieusement changer mon avenir. Moi, Sarah, j’ai ma maison dans la cours où je peux enfin être seule pour retrouver mes légendaires amis. Je sais qu’ils n’existent pas pour de vrai, mais papa dit que ce n’est pas grave de se raconter de belles histoires. N’empêche que c’est lui qui racontent les plus jolies. Depuis que maman est au ciel il est un peu triste alors maintenant je range bien ma chambre et je l’aide pour faire la vaisselle. Quand je suis allée chez ma copine Lucie j’ai vu qu’elle n’avait que des nouveaux jouets, ceux qui passent à la télé. J’avais peur de les casser parce que papa m’a dit que c’était trop cher. Après avoir mangé nos crêpes Lucie est directement allée jouer dans le jardin. Sa maman n’a pas voulu que je l’aide pour débarrasser la table, j’étais fâchée et déçue. Je crois qu’elle l’a vu parce qu’elle m’a fait un bisou sur la joue en me caressant la tête et a donné des glaces, une pour moi et une pour Lucie. Comment elle a su que je préférais vanille, mon parfum préféré ? Elles sont magiciennes les mamans. Moi aussi je serai magicienne. Le lendemain dans la cour de l’école Lucie ne m’a pas regardé, aujourd’hui sa meilleure amie c’est Julie. Je décide d’aller dans ma maison. Ça sent bon les feuilles mouillées, j’ai mon lit au creux de l’arbre, la cuisinière juste sur le petit mur. Lucie vient me dire que c’est nul parce que y’a même pas la télé et que de toute façon ce n’est même pas un vrai gâteau que je viens de lui donner. Je regarde entre ses mains et vois un morceau de carton garni de terre pour faire la pâte et des cailloux pour la garniture aux pépites de chocolat. Elle m’a lancé le gâteau au visage et j’ai pleuré. Depuis ça je me laisse plus faire et plus personne peut approcher de mon arbre. Papa me gronde plus souvent parce que des parents se sont plaints de moi. Même l’institutrice était de leur côté. Moi je crois que c’est mieux de ne pas se laisser frapper ou dire de gros mots, que de pleurer. Non ce n’est pas moi papa. Des fois il me croit mais quand il est fatigué du travail il m’envoie dans ma chambre en criant. Je ne veux pas qu’il soit triste à cause de moi alors on m’a changé d’école. A la récré je vais directement dans ma nouvelle maison et je ne dis plus rien. Mon crayon de couleur a disparu, puis deux, après le plumier entier. On me retire ma chaise et on se passe des petits mots méchants sur moi. Je n’ai plus envie de faire de gâteaux, alors dans ma maison je chante et je rêve à pleins de choses. Une nouvelle est arrivée, enfin je ne serai plus le sujet de conversation préféré. Elle est plus grande que moi et s’appelle Amélie. Dès qu’elle est entrée dans la classe avec le directeur, elle m’a regardé en premier et m’a sourit. A dix heures quand je suis arrivée à la maison elle y était. Je ne savais pas comment lui dire que c’était chez moi. D’abord j’ai voulu lui crier dessus mais elle s’est retournée et m’a demandé si je voulais bien jouer avec elle parce qu’elle ne connaissait personne. Je lui ai fait la visite et là on a fait des gâteaux aux pépites de chocolat. Amélie elle n’est pas comme les autres. Après avoir balayé toutes les feuilles mortes de la maison on a fait un pacte. Dans dix ans quand on sera vieilles et qu’on aura une maison, une vraie à nous, on fera le plus gros vrai gâteau avec les plus grosses pépites de chocolat.

Loona

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.