L’échange

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Je venais de quitter la douceur subtile de ma petite maison pour me rendre sur la place du marché. Je pensais tout en cheminant d’un pas décidé qu’il y aurait encore beaucoup de monde aujourd’hui. Allais-je enfin trouver celle que je cherchais depuis si longtemps ? J’avais avalé mon petit déjeuner aussi rapidement que possible, pas question de ne pas assister à la présentation d’ouverture. Le maire tenait particulièrement à cette cérémonie au cours de laquelle il présentait les différents produits exposés afin que chaque participant sache à quoi s’en tenir pendant la matinée. La dernière fois j’étais arrivé en retard. Je n’avais pas pu tout entendre. je suis certain que c’était l’unique raison pour laquelle mon échange avait encore une fois échoué. J’arrivais donc un peu essoufflé sur la place. Il y avait déjà beaucoup de monde. J’apercevais le maire montant sur l’estrade d’un pas alerte. Il saisit le micro que lui tendait une jolie femme rousse près de lui. Et si c’était elle ? Non impossible elle ne semblait pas faire partie des exposants.
Je venais de repérer sur la droite tout un groupe de stands bien alignés avec devant chacun d’eux se tenant bien droits « les produits ».
Le seul moyen que nous avions trouvé dans notre village pour changer nos vies était la création de ce marché dans lequel chacun d’entre nous pouvait tenter sa chance et échanger son âme. C’est l’assistante sociale de la Mairie qui avait eu cette idée, le nouveau programme de vie, disait le maire.
Et moi, Jonathan, 40 ans, ne faisant déjà plus rien de la mienne, je m’étais tout de suite précipité pour m’inscrire à ce nouveau challenge. En réalité je cherchais une âme très particulière. Une âme qui changerait radicalement ma vie. Je la rêvais féminine, douce et parfumée, mais surtout musicienne. Peu importe son instrument de prédilection, mais dans ma nouvelle vie, j’exigeais la musique poésie des sens et le bercement enchanteur de mélopées sublimées.
Je me glissais furtivement à travers les stands. je sentais grandir en moi de nombreuses félicitées. Je devais réussir ce matin. Mon corps n’en pouvait plus de cette âme trop ancienne. Il réclamait davantage d’attention et me forçait à me surpasser. Je m’approchais soudain d’un stand plus petit que les autres, passant devant une forme humaine qui se tenait bien droite et dont je n’apercevais pas le visage. J’entendis le son d’une cornemuse et une voix me dire :
– please help me ! please help me !
– vous ne parlez pas français s’écria mon âme ?
– yes yes je peux répondit l’autre âme avec un léger accent anglais
– votre instrument c’est bien une cornemuse ?
– yes yes une cornemuse
– vous êtes bien le célèbre joueur de rugby ?
– oui c’est bien moi, enfin c’était moi. Je ne joue plus depuis plusieurs mois.
– je rêve depuis toujours de jouer au rugby c’est ma passion. Je suis l’âme d’une femme vigoureuse mais j’en suis réduite à jouer de la cornemuse.
– enfin ! me dis-je
J’avais à peine terminé de répondre. j’ai senti tout mon intérieur s’envoler tel le ballon ovale que je connaissais bien, propulsé par un souffle nouveau dans l’air libre prêt à franchir tous les sommets de la création. Tout en moi s’est apaisé. Le son de la cornemuse a résonné joyeusement dans mon cerveau. Ma voix intérieure s’est adoucie. Et j’ai eu soudain très envie d’aller m’acheter la jolie petite robe aperçue dans l’unique boutique du village.

Pauline Bessy

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.