L’échange d’une vie

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

C’était un soir de décembre, un sombre soir d’hiver.
Rentrant calmement chez moi en empruntant la belle et royale avenue de Breteuil, je sentais le froid glacial engourdir mes membres et m’envahir peu à peu.
Pour le simple plaisir des yeux, en cette saison, j’aimais m’arrêter un moment sur cette place arrondie de l’avenue où les artistes parisiens au début du printemps tentent de peindre avec justesse le dôme doré des Invalides. J’aime contempler la beauté de Paris, à mes yeux, il n’y a rien de plus beau que Paris sous la neige de l’hiver.
Après une courte pause, je me dirige vers mon appartement, empressée de savourer un chocolat chaud à la cannelle, spécialité que j’aime déguster quand le temps s’y prête.
Minuit sonne. Je me sens fatiguée et commence à m’endormir sur mon sofa. La nuit s’annonce douce.
Peu de temps après m’être endormie, je sens en moi comme une force venant interrompre mon sommeil. J’ouvre alors grand les yeux mais je ne parviens pas à retrouver ma montre, je perds mes repères temporels, je me sens égarée. Troublée et angoissée, je me demande alors ce qui se passe, je suis perdue dans un monde qui n’est pas le mien et je ne sais comment en sortir. Je ne cesse de me lamenter sur mon sort et la peur s’empare de moi comme l’animal s’empare de sa proie. Les larmes commencent à couler sur mes joues roses et dodues quand soudainement, entendant du bruit au loin, je me lève et me précipite dans le long corridor qui se tient devant moi. Ce n’est pas un corridor comme les autres, de magnifiques pêles-mêles ornent les murs et dans ma précipitation j’aperçois même de jolies photos de famille.
Reprenant peu à peu mes esprits, je comprends alors que je suis tout simplement en train de rêver. Ce corridor, ces photos, c’est la maison de mes rêves, celle que j’ai toujours voulu.
Quelques minutes après avoir détalé le corridor, me voilà arrivée dans une cuisine toute équipée, à la pointe de la modernité. De tendres odeurs de viennoiseries sortant du four et de pain de campagne juste grillé emplissent mes narines. Debout et stupéfaite par ces odeurs qui me ravissent, j’entends un raclement de gorge puis un :
« Bonjour mon tendre amour, comment vas-tu ? Tu n’as pas entendu ton réveil ? »
Un homme d’une beauté sans pareille se tient debout devant moi, la barbe hirsute, le cheveu blond et les yeux clairs. Ma vision doit sûrement me jouer des tours ; cet homme-là est en fait l’objet de mes désirs et de mes aspirations les plus profondes… un idéal que je gardais jalousement pour moi dans mes pensées et dans mon cœur pour ne pas qu’il m’échappe.
Ce bel homme est ici, dans MA maison et moi qui-suis je ? J’ai du mal à croire ce rêve si étrange, je me frotte les yeux une fois de plus, m’assoit pour reprendre mes esprits et avale une gorgée de café préalablement préparé, moyennement chaud et au lait écrémé, mon préféré. Je le regarde intensément et apercevant une alliance à mon doigt, je comprends alors aisément qu’il est mon mari.

Badaboum ! Un grand fracas se fait entendre. Il provient de ce qu’il me semble être un escalier en bois brut comme celui de la maison de vacances de mes parents, celui que je m’étais jurée d’acheter à mon tour pour ma future maison tellement j’en étais folle.
Quatre petits pas et deux petites voix douces se font alors entendre :
« Laisse-moi passer, moi d’abord »
« Attends ton tour »
Sans même avoir le temps de comprendre, j’aperçois alors devant moi deux petites silhouettes sveltes : une petite fille blonde et jolie d’environ six ans et un petit garçonnet souriant d’environ trois ans me sautent dans les bras en balbutiant en cœur « un bonjour maman chérie ».
A cet instant, mon esprit est profondément troublée par ce flot d’émotions, mon cœur bat à toute allure, je vis un rêve éveillée. Je suis mariée à l’homme de ma vie, j’ai deux enfants, la maison de mes rêves et je suis comblée.
Dans mon rêve, j’ai en fait échangé ma vie avec celle que j’ai toujours voulu vivre.

Annabelle

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.