Le souvenir d’une mère

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Je venais d’ouvrir le portail de l’école quand soudain j’aperçus, au milieu de la cour, un rassemblement. Je me rapprocha pour observer. Et je vis, au milieu de cette énorme foule, d’environs 400 élèves, un homme et une femme. Je ne voyais pas bien et ne comprenais pas ce que ces deux personnes avaient de si épatant. Je me fis un chemin jusqu’aux premiers rangs. Ces deux personne étaient habillés avec des vêtement souple, chaussé avec des ballerines, portaient des gans et des chapeaux sur leur têtes. Tout se contenu était teint de toute sorte de couleurs. On pouvait également voir au centre des acrobatie de l’homme et de la femme un enfant et un petit singe. À leur vu, je me plongea dans de souvenir lointain. Ça me rappela la fois où ma mère m’avait emmener voir une maison. Cette maison était ouvert de tous côtés. On aurai dit une fête. Il y avait beaucoup de monde, et au milieu deux personne, également habillé en vêtement souple. Je n’avais que 7 ans, mais je me souvenant parfaitement de cet endroit. C’était la première fois que je voyais des personne habillé tel quel. J’avais demander à ma mère ce que cela signifiait. Elle m’avait simplement répondu par : « Même si cela est étrange ne trouves-tu as cela magnifique ? Toutes ces couleurs qui tourbillonnent, tous ces yeux tourné vers eux ? » Je n’avais pas su quoi lui répondre, je me tu et regarda émerveillé ce spectacle.
Ce moment dans la cour de l’école ressemblait étrangement à celui que je vivais en ce moment même. Quand la sonnerie retentit, personne ne bougea, comme si il n’était pas possible de l’entendre. Je décida de rester encore un peu. Plus le temps passait, plus j’avais envie de rester. J’avais envie d’aller chercher ma mère et de lui dire : « Je comprends maintenant ce que tu voulais dire. Ceci est la plus belle chose que je n’ai jamais vu ! »
Mais je ne pouvais pas, parce qu’elle était parti. Parti de façon à que je ne la retrouve jamais. Ma mère n’étais plus avec moi, elle ne me tenait plus la mains comme avant. Elle n’était plus là à côté de moi pour me chuchoter des paroles qu’elle seule pouvait comprendre. Je venais de perdre ma mère. Mais se que je découvris à ce moment là, bizarrement me réjouis. Je venais de comprendre que ma mère m’avait laisser la chose la plus importante. Des souvenirs. Il me restait des souvenir, que j’avais fabriqué avec elle. Des souvenirs que personnes ne pourrais effacer ou me prendre, comme on m’avais pris ma mère. À partir de ce moment là, je retrouvai ma joie, mon sourire, mon bonheur. Tout m’étais revenu. Même le dernier souvenir de ma mère me revint. Le sourire de ma mère était le plus beau, le plus élégant, et il était dans ma mémoire à jamais.
Le moment venu pour les acrobates de partir je me promis de ne jamais oublier un seul souvenir qui apparaitrais tout au long de ma vie.

Rivka Ben-Haim

Partagez cet article

One thought on “Le souvenir d’une mère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.