Le Carrefour

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

« …Une maison au milieu d’une cour d’école. Elle est complètement ouverte. On dirait une fête… »
Ce qu’il y a de drôle avec la voyante c’est qu’elle parle toujours au présent, comme si le temps qui passe n’existait pas…
Elle vous déplace sur l’échelle de votre vie comme les joueurs d’échecs avec les pièces.
Sans émotion, elle trace une ligne dans votre existence, y repère un point et vous livre une information décisive, un carrefour.

Je n’avais pas choisi de rencontrer Martha. C’est Valérie, ma sœur cadette qui avait cru bon de me faire ce cadeau. Jamais il ne me serait venu à l’esprit d’aller consulter une diseuse de mon plein gré…

90 minutes de voyance !

Quand j’ai sorti la carte joliment enveloppée dans une pochette à paillettes, je n’ai pas compris tout de suite.
Se faire offrir un présent, cela implique de se mettre en condition de recevoir. Quel que soit l’objet caché sous le papier, il faut être prêt à manifester sa joie, son approbation.
Alors quand j’ai découvert ce cadeau, j’ai manifesté un bonheur de façade.
Valérie était heureuse, c’était le principal !
J’ai toujours détesté les lendemains de fêtes et leur lot de désordre !
Ma carte avait passé la nuit sur la table de la salle à manger encore recouverte d’assiettes sales et de paquets froissés.
90 minutes de voyance. Je n’avais pas rêvé…

J’ai mis un peu plus de deux semaines avant de prendre rendez-vous avec Martha.
J’étais partagée entre honte et inquiétude : Une sensation curieuse qui oscillait entre celle qu’on doit ressentir au moment d’aller s’offrir les charmes d’une prostituée pour la première fois et celle de l’angoisse qui survient quand vous rencontrez un nouveau psy.
Martha ne ressemblait pas à l’idée folklorique que je me faisais des voyantes. Elle portait une tenue assez banale et son bureau ressemblait à celui d’un médecin de province.
Je n’étais pas intimidée. Je ne croyais pas à la voyance.
De cette façon, toutes les cartes et autres accessoires qui jonchaient sa table ne représentaient rien pour moi, sauf peut-être des anecdotes à raconter à mes amis autour d’un futur repas.
Au-delà de cette nouvelle expérience, je m’interrogeais le sens, sur le message qu’avait voulu me faire passer Valérie en m’offrant ce cadeau.

– Asseyez-vous là, je vous prie…Que voulez-vous savoir ?
– Rien…Je sais tout, vous savez. Je suis responsable Marketing !

Ma petite boutade ne toucha pas mon interlocutrice qui prenait très au sérieux sa mission. Pendant qu’elle se concentrait sur sa lourde et transparente boule de verre, je regardai son cabinet. Tout ici me rappelait à la banalité.
La photo de Charles Clyde Ebbets, des stickers en forme de fleurs, trop, le téléphone portable, le fauteuil Club en imitation cuir…Martha faisait parties des gens moyens dont les aspirations matérielles ne révolutionneraient pas le marché.

– Je vois…Je vois une maison au milieu d’une cour d’école. Elle est complètement ouverte. On dirait une fête… Il y a une femme…Elle a une tâche sur la paupière…
– Ma mère !
– Chut…
– …
– Elle est avec un homme dans la maison. Ils se touchent comme des amants…Elle est enceinte.
– Ma sœur vous a parlé ?
– Chut, s’il vous plaît !
Elle pleure…Je vois un autre homme. Il est très grand. Il joue avec un médaillon en forme de…Une sorte de pilulier…dans la poche.
– Mon père…
– Non, ça n’est pas votre père.
– Je vous dis que c’est mon père !
– Ecoutez Mademoiselle, si vous ne me laissez pas me concentrer…
– Ça suffit, je ne peux plus écouter vos conneries…Excusez-moi. Je préfère m’en aller.
Je déposai la carte de Valérie sur le bureau de Martha, repris très vite mes affaires et sortis de l’immeuble.

Le trajet jusqu’à mon appartement fut plombé par la phrase de cette étrangère. Un leitmotiv empreint de vérité, une antienne dramatique qui remettait en question l’essence même de ma légitimité sur cette terre.

– Allo Maman ?
– Oh, bonjour ma chérie…
– Maman…Dis-moi que Papa est bien mon père !
– …

Sarah-Laurence Cal

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.