Armande !

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Pour quelle raison étrange des parents, à l’aube des années 80, ont-ils choisi de donner ce prénom à leur nouveau-né ? A ma connaissance, aucune aïeule dans la famille n’avait été ainsi estampillée.
ARMANDE !
Vous allez me dire qu’elle aurait pu en faire quelque chose de son prénom, qu’elle aurait pu lui insuffler la substance, le souffle dont il était dépourvu mais ça n’a pas été le cas. Enfant, Armande n’a pas été à proprement parler victime de quolibets. Discrète et sans saveur, Armande se faisait oublier plutôt que railler.
Sans grande ambition, le prénom et la petite fille ont fait corps. Une sorte d’interaction sans surprise. Elle a grandi sans vraiment attirer l’attention de son entourage. Et pour cause, la jeune fille a toujours marché sur la pointe des pieds pour ne pas déranger.
C’était sa marque de fabrique et ça l’était encore jusqu’à ce matin-là.
Armande est comptable mais à 35 ans, elle n’avait pas encore su se faire remarquer au-delà des chiffres qu’elle manie avec dextérité.
Il fallait la voir chaque matin dans les transports en commun. On n’avait rarement vu passagère aussi dévouée.
La jeune femme mettait un point d’honneur à tenir les portes, à laisser passer les gens plus pressés qu’elle, à se lever systématiquement quand le wagon était bondé, à offrir sa place assise aux plus faibles.
A l’inverse, Armande ne manifestait jamais aucune réaction lorsqu’elle était bousculée ou coincée par l’égoïste scellé au strapontin, qu’elle était gênée par l’hyper connectée qui raconte bruyamment sa vie au téléphone ou quand son voisin imposait une musique pulsatile aux premières heures du jour. Non ! Armande, elle, se fondait dans le paysage sans faire de vague.
Ce matin-là, la comptable avait pris son métro en tête de ligne. Elle n’eut aucun mal à s’asseoir. Pour une fois, elle s’était lâché les cheveux. Toute sa féminité se concentrait dans sa seule chevelure ! Elle en prenait soin de ses boucles d’un noir de jais. Elles lui venaient probablement de cette arrière-grand-mère madrilène qui avait en son temps fait blêmir toute la gente masculine ibérique.
Elle ne remarqua pas l’arrivée du trentenaire qui se posa sur le même carré de sièges, à l’opposé de sa place.
– On se connaît? lui lâcha-t-il.
– Je ne pense pas rétorqua-t-elle en jetant un coup d’œil vers lui.
– Mais si, tu étais à Jules Ferry…
– Ouiiii ! Attends une minute. Oui, je te reconnais…Sébastien, c’est ça ? On va se mettre en face l’un de l’autre…
Bonjour Madame, auriez-vous la gentillesse d’échanger votre place avec Monsieur pour que nous puissions parler sans gêner ?
La passagère occupée sur son smartphone refusa net.
Armande devint livide, trembla puis éclata comme jamais elle n’avait osé le faire:
– Vous me dites « Non » ?
– Laissez-moi passer !
– Non, vous allez m’écouter !
Si vous m’aviez croisée plus tôt, je vous aurais certainement tenu la porte et vous ne m’auriez certainement pas remerciée. Et pourquoi ?
Parce-que je suis gentille. GENTILLE !
Vous ne savez pas ce que ça veut dire, vous, être gentille ?
On glisse doucement vers une animalité citadine, hein ? Mais je continue à ne pas jouer le jeu de la majorité, votre jeu.
Vous êtes le petit nombril de votre petit monde. Je ne deviendrai pas comme vous !
Je vous demande gentiment d’échanger votre place avec le jeune homme…Qu’est-ce que ça peut bien vous faire d’être assise là ou là ?
– Laisse tomber Armande…Ca n’en vaut pas la peine…
– Si, si, c’est utile, crois-moi !
Si tu savais ce que je m’inflige pour ne pas tomber dans cet égocentrisme dégoulinant, pour ne pas céder à « œil pour œil, dent pour dent » !
Pour une fois que je demande un petit geste en retour, je tombe sur Madame « Nombril »….
Vous êtes un cancer, Madame.
Vous grignotez peu à peu l’espace d’humanité qui nous reste…
– Bon, Armande. Heureux, de t’avoir revu…Je dois y aller ! A bientôt peut-être…
– C’est ça, à bientôt ! Je m’appelle ARMANDE. JE suis GENTILLE et JE vous emmerde !

Sarah Laurence CAL

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.