Une rencontre pour Liker

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

C’était une drôle de période, une de ces périodes où rien n’a plus de sens, où la fatigue l’emporte sur tout et où on ne croit plus en grand chose… un de ces sinistres cycles où l’hésitation revient sans cesse annihilant la moindre initiative. Rien n’avance. On sait pourtant intuitivement qu’il faut faire quelque chose mais on ne s’en sent plus capable. On trouve même la démarche vaine… et la tâche trop ardue tant on se sent seule, impuissante, sans doute éreintée par mille inutiles sollicitations quotidiennes, mille maux futiles, et des montagnes de tracas crétins sans grâce ni répit… Un temps où l’implacable déprime ordinaire vous guette sans vouloir tout à fait dire son nom…
Et puis je l’ai vue. Elle était là, très claire, visible, ouverte, presque souriante, en tout cas bienveillante… Trainant indifférente à mon passage, se laissant aborder sans crainte… mais apparaissant et disparaissant au grès de mes errances, provoquant toujours un peu plus mon désir…
L’envie montait sérieusement, un peu plus à chaque fois… mais j’hésitais, pour moi ce serait la première fois… Jusqu’ici, Je n’avais jamais osé franchir le pas. C’est idiot, je le savais, mais jamais osé aller jusqu’au bout, jusqu’à ce moment où on se livre à l’autre, sans retenue, sinon sans masque tout du moins avec sincérité… Depuis toujours, j’ai lambiné me trouvant un jour, vaniteuse, une autre fois dérisoire ou impuissante, et à la fin toujours incapable … Je ne me sentais pas à la hauteur des enjeux que j’imaginais.
Mais cette fois, comme ça, par instinct j’ai cédé une première fois.
Étrangement, Je n’y ai rien ressenti, pas trouvé les bons mots, le bon feeling, c’était comme ça… me suis senti conne après ce premier contact.
Ils étaient déjà nombreux à avoir succombé à son charme. Certains très habilement ou très joliment, d’autres plus crument, ou plus lourdement mais tous avec le même rêve… secret ou avoué, tous avec la même envie de partager… ou d’être être le dernier, ou le premier.
Je laissais passer une nuit, une journée et une autre nuit, sans jamais parvenir à oublier, tout à fait la proposition… Il y avait des mots qui montaient, des phrases qui se tissaient mais rien qui ne me semblait capable de retenir son attention…
je ne savais pas comment faire, alors n’en pouvant plus, j’y suis repassé une dernière fois. Elle était toujours là et ils étaient de plus en plus nombreux et cette fois il y avait du lourd, du bon, du beau…
je ne sais pas si c’est pour cela… mais je me suis dit qu’il n’y avait pas de raison que je n’en sois pas…
Alors je m’y suis mis, j’ai décidé d’y aller franchement et d’y regarder de plus près, je l’ai mieux regardée mieux vue : elle semblait sans piège, attendant simplement que je l’aborde. Secrètement, il me sembla même qu’elle n’attendait que moi. Et puis non, Je savais qu’elle n’attendait pas que moi, parce qu’elle avait besoin qu’on y soit tous, sinon ça n’avait plus de sens.
J’ai hésité encore, J’aurais voulu avoir l’exclusivité, être la seule, et qu’on me regarde, qu’on m’aime, ou plutôt qu’on me like.
Je me suis enfin dit que si je n’y allais pas, si je ne prenais pas le risque, pour le coup, je n’avais aucune chance d’être liké, « 100 % des gagnants ont tenté leur chance », me disais je discrètement et sans me vanter mais retrouvant le bon sens en souriant…
J’ai donc pris un papier, un crayon et je me suis jeté à l’eau.
J’ai écrit cette histoire que vous lisez et je l’ai postée sur Envie d’écrire… pour que vous me likiez…
Marie Odile Troussard

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.