Sophie la Souris

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Je tiens, d’ores et déjà, à vous dire, haut et fort : « JE NE SUIS PAS UNE SOURIS! »

C’est Ilda qui a dit ça de moi, parce que c’est mignon, parce que c’est drôle, parce que ça rime… Et Sophie, c’est le nom de sa fille, pas le mien. Moi, ça me dérange, ça me démange, ça m’enrage… Tout ce qui est rongeur est soit une souris ou un rat, ce qui n’est pas mon cas, loin s’en faut!

Mais Ilda était gentille, faut pas croire. Pour elle, je n’étais une toute petite chose qui agrémentait ses journées. Une p’tite bestiole pas méchante, jolie comme tout, qui ne la bousculait pas trop.

Notre première rencontre lui a fait peur par exemple. Mais ça n’a pas duré. Vite, elle a voulu m’apprivoiser. Elle était si seule dans sa vieille bicoque.

Faut dire que je n’ai pas cogné à sa porte et que je ne me suis pas présentée comme le font ses congénères. Elle a ouvert la porte d’une armoire pour prendre une tasse, et j’étais là devant elle, assise sur mon postérieur à me lécher les moustaches.

Toutes les deux, on a hurlé. Elle pas mal plus fort que moi, bien entendu. À la grosseur que j’ai, mon cri s’est vite perdu dans le fond de l’armoire où je m’étais intallée la veille pour me reposer.

Bizarrement, de voir cette vieille dame devant moi ne m’a pas fait peur. J’ai crié parce que j’ai été surprise. Mais Ilda a eu peur, bien sûr. Je voudrais bien vous y voir lorsqu’au lieu de voir une tasse vous voyez un petite bête qui vous regarde en pleine face. Elle a vite refermé la porte de l’armoire et je l’ai entendue ruminer de sombres pensées de l’autre côté.

Ça n’a pas duré plus que quelques instants. J’ai entendu bardasser dans la pièce derrière cette porte. Je ne savais pas trop ce qu’elle faisait, mais moi, je ne voulais pas bouger de là. La veille, j’avais été chassée par un gros chat et quand j’ai trouvé ce petit trou dans le mur, je me suis glissée subrepticement jusqu’à ce lieu tranquille. Il n’était donc pas question que je sorte de là.

Ilda a rouvert la porte, doucement cette fois. J’ai craint un peu qu’elle tente de me faire fuir. Mais non, ses petits yeux ridés étaient enjoués et, le sourire en coin, elle a soufflé doucement : « Bonjour petite souris! » En dedans de moi, ça a fait un bon. J’avais envie de lui crier à la tête que je n’étais pas une souris, mais elle semblait tellement heureuse de me voir, que j’ai pris sur moi et suis restée calme. J’aime toujours pas ça être appelée souris, ni Sophie, mais c’est pas trop grave dans l’fond.

Elle a avancé sa main droite lentement, avec un tremblement certain, et a déposé devant moi quelques graines. J’en avais les larmes aux yeux tellement j’étais contente. Car j’avais faim, bien entendu. J’avais couru une partie de la nuit pour dénicher un coin sécuritaire pour moi. La bouffe, ça passerait après. Mais depuis quelques instants, je commençais à ressentir la faim… et la peur de devoir ressortir pour trouver à manger. Là, Ilda m’offrait le couvert!

Je me suis avancée tranquillement, alors qu’elle m’observait sans trop bouger, et j’ai commencé à me remplir les joues de ces graines si tentantes. Il y en avait peu, ça n’a donc pas été très long. Mais de me sentir ainsi les bajoues gonflées de graines, ça me faisait du bien. J’étais emplie de gratitude. J’ai choisi un petit coin de l’armoire pour y ranger mon trésor et y revenir au besoin.

Nous avons alors amorcé une relation d’amitié, à tranquillement nous apprivoiser. J’étais logée et nourrie, je me sentais en sécurité et Ilda se montrait si gentille avec moi.

J’ai commencé à sortir de ma cachette dès le lendemain et me suis mise à visiter les lieux, un peu à la fois. Il y avait tellement de choses par terre que ça m’effrayait un peu.

Mes petites pattes laissaient des traces sur le sol. Je ne suis pourtant pas très lourde. Je m’étais déjà réfugiée dans des maisons d’humain avant, mais c’était la première fois que ça arrivait que mes petits pieds marquent le sol. Dehors, après la pluie

Eve Marcon

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.