Rayons tabacs….

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

1er janvier. Les douze coups ont sonné depuis longtemps. Treize à table, comme la Cène. Pas mal d’alcool dans le sang et des discours avinés. Et maintenant, c’est à moi de bavocher mon laïus. Débout, un verre à la main, je considère chacun de mes potes un instant, conscient du cinéma que je vais mettre en scène dans quelques secondes…

– Mes amis, nous commençons une nouvelle année, aussi, fort d’une volonté nouvelle voici l’heure venue pour moi de mettre un terme à des années d’errance. Mais abandonnez-vous pour l’instant aux plaisirs de Bacchus. Régalez-vous et profitez car bientôt…tout va changer !

Mon ton persuasif, envoûtant presque, impose le silence et la curiosité.

– Ouais…et comment ça va se passer ? demande Simon.

Puis, d’un même élan, tous les autres convives posent leurs questions, dans un brouhaha de plus en plus intense.

– Bon, les mecs, je peux finir ou pas ?

Le groupe se tait enfin.

– Donc, tas de poivrots, la Révolution est en marche, disais-je.
– Ok, tu l’as déjà dit, alors abrège !
– Ouais, fais péter le scoop, merde !
– Je viens de décider que… vous venez tous de fumer votre dernière cigarette.

Grand silence puis…hilarité générale. Sourire aux lèvres, je les laisse faire, il faut bien que je leur laisse encore un peu de temps…

– Mes amis, c’est le Destin qui nous a réunis. Pourtant, le ciel s’assombrit un peu plus tous les jours à cause du nuage délétère de vos cigarettes. Nuage qui s’exhale à tout instant de vos pauvres poumons ensuqués de bitume.
– C’est notre choix, patate ! proteste Barthélémy.
– Et aussi nos poumons, si je peux me permettre, renchérit Simon.
– Et ce sera mon cancer ! conclue Thomas.
– Bande de nazes, quand je dis quelque chose, j’aimerais être entendu jusqu’à la fin. Je vais donc vous expliquer pourquoi le tabac n’est d’ores et déjà plus qu’un mauvais souvenir. Et je commencerai par toi, Philippe…

Celui-ci me regarde d’un air surpris.

– Imagine-toi que ce soir, peu après le dernier coup de minuit, j’ai reçu un message divin. Un cadeau à te faire, sans tarder… en direct du ciel.

Je ne peux pas aller plus loin, ils sont tous hilares.

– Mais c’est qu’il nous en tient une bonne ! s’esclaffe Simon.
– Alors, là… pouffe le grand Jacques, on atteint des sommets !
– Vous allez voir qu’il va nous sortir dix commandements de son chapeau, explose André.

Il n’y a que Philippe qui garde le silence. Je sens qu’il m’entend. Mieux ; il m’écoute…

– Phil…tu DOIS arrêter de fumer…

Je n’en dis pas plus. Ces quelques points de suspension laissent flotter toutes les menaces. Je le vois changer de couleurs, tour à tour rouge, blanc puis d’un beau verdâtre.

– A sa tête, on dirait qu’il nous fait une hépatite, non ? rigole Thaddée
– Ou alors qu’il ne va pas tarder à restituer son menu… propose Jean.

Et tout le monde y va de son commentaire. Seul Philippe garde le silence. Il semble enfin vouloir dire quelque chose. Plus personne ne parle, sentant bien qu’une grande nouvelle est sur le point de tomber. Il se racle la gorge, hésite encore puis se lance :

– Comment peux-tu savoir ? fait-il enfin.

C’est le coup de massue. Stupéfaction générale.

– Tu veux dire que… ? demande André.
– Attendez, il est pété. Philippe, tu te moque de nous, n’est-ce pas ? s’exclame Matthieu.
– Allez, arrête ton char, Ben Hur ! dit Simon.

Mais Philippe garde la tête basse, accablé.

– J’ai rencontré mon toubib cette semaine. Il m’a dit que j’étais bon pour les rayons …

Et Philippe de nous donner tous les détails. Une fois l’affaire révélée, les autres me regardent. Je sens leurs regards sur moi et j’en suis très mal à l’aise. Ils attendent d’autres révélations.

– Je crois préférable de me taire, non ?
– Oui, voici une saine résolution, conclue Philippe avec un petit sourire.

Frédéric

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.