L’accident

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Le jardin avec ses glaïeuls et ses dahlias, une odeur et un rire, et puis de nouveau le noir.
Des spots, des voix et des hommes en blanc. Tout est flou et puis de nouveau le noir. Je me souviens de mon enfance, je me souviens des rires et des pleurs, des Noëls et des vacances et de l’école, je me souviens comme d’un instant, ses années qui filent sans que l’on y songe, parce qu’un enfant ne songe pas aux années qui passent, parce qu’il ne les voit pas, parce qu’il ne s’en soucie pas, parce qu’il ne fait que vivre sans même le savoir.
Je me souviens de ce moment où l’on commence à penser que l’on a un passé, que l’on est dans un présent et que suivra un avenir, je me souviens de cet instant qui ne passe plus comme un instant, qui se marque et se reporte, un instant qui dure et qui pourtant s’échappe. Des projets, des amours, des déceptions et des renoncements. Je me souviens de ces instants fous de l’adolescence et du début de ma vie d’adulte. Tout cela se mélange tout en gardant le fil du temps, je vois tout en même temps, mais je ne saisis rien.
Une douleur fulgurante m’électrise, la lumière m’éblouit et l’espace d’un court moment je ressens tout mon corps, comme si j’étais de nouveau là. Et je me souviens qu’il y a peu, je travaillais d’arrache-pied sur un projet important. C’était quoi déjà ? Qui suis-je ? Et cette douleur qui ne s’arrête pas et qui soudain s’évanouit, et je me souviens de cette course précipitée qui me jetait hors de mon travail. J’ai bonne réputation, je n’ai pas de souvenir honteux, je n’en ai pas l’impression, j’ai souffert, mais j’ai lâché prise. Une course précipitée. Je me souviens des voitures qui filent en tout sens, la sirène et puis de nouveau le noir.
Je sens bouger mon ventre, mes côtes, et j’ai la désagréable sensation que l’on fouille en moi. Tout est flou, mais quelque chose me revient, je suis pilote, non, pas pilote, conducteur, et j’achemine quelque chose, quelque chose d’important, quelque chose d’urgent, quelque chose de vital. J’achemine des organes et il y a urgence, c’est ça, je me souviens du choc, de mes sirènes hurlantes et de la voiture qui percute mon véhicule avec toute la violence d’une inertie contrariée, d’une énergie qui se compacte et qui plie le métal, et ce métal qui rentre dans ma chaire et de ma chaire qui hurle à son tour.
Des hommes en blanc, un nouveau choc et puis plus rien, même pas le noir, même pas l’inconscience, même pas la caresse du silence.
Et de nouveau un brin de conscience, je vois, mais rien n’est pareil, rien n’est semblable, même la lumière est différente. J’ai l’impression de me réveiller d’un long rêve, j’ai eu un accident, je dois être à l’hôpital, pourtant, pourtant quelque chose est différent, je ne sens ni mes mains, ni ma tête, mais l’air chatouille tous mes membres, caresse chacune de ses extrémités. Même la lumière est différente et j’ai l’impression de m’en nourrir. Je sens la terre qui me porte, et je me sens en elle, habité par d’autres êtres et je sens que l’on me parle, sans mot, sans phrase, mais avec précision. Et je réponds, instinctivement, je réponds j’accepte le dialogue, j’accepte ce partenariat entre ces autres êtres et moi et je perçois que le monde est différent. Des êtres m’habitent, et je ressens l’eau qui s’infiltre en moi, je ressens une multitude de canaux qui m’apporte, à travers mon sang, à travers ma sève, une douce et riche nourriture. C’est le printemps, c’est comme un réveil, comme une renaissance, comme le réveil après une sieste trop longue et j’entends qu’on me parle, à travers l’air, à travers le sol, même à travers la lumière, le soleil me parle. Je ne me suis jamais senti aussi bien, mes feuilles s’ouvrent et je retrouve la souplesse de mon bois et si j’étais humain, je ne le suis plus, car maintenant, je suis un arbre.
Denis CHRISTINE

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.