La bienveillance, espoir des hommes

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

On sentait surgir de nulle part, une douceur que l’on croyait perdue, au fil de la saison hivernale à l’heure ou tombait encore une neige épaisse et délicate sur les toits des habitations du quartier. Un jeune étudiant réservé pensait souvent à celle qu’il aimait en imaginant sur un cahier les mots qu’il pourrait dire à Alexandra qu’il connaissait depuis le lycée, s’il la rencontrait un jour, seul, par inadvertance dans la cour de son université. Dans ses rêves les plus reposants pourtant éclairé à la lampe de sa table de chevet non-éteinte, il la voyait marcher de sa taille moyenne, les cheveux noirs et ondulés se balançant délicatement derrière elle, sensation d’émerveillement les yeux fermés, qui se mélangeait avec le teint mat et pur de sa peau brune, la terre d’Orient près de son inconscient, qui semblait si douce. Elle avait toujours une attitude digne et à l’écoute loin des filles superficielles et méprisantes de sa promotion, c’était « une catégorie à part » pour ses amis, un amour réfléchi mais inavoué pour lui.

David, c’est ainsi qu’il se nommait, pas le plus grand des théoriciens et des conférenciers au terme de son parcours universitaire en licence de droit mais il avait la volonté de devenir un avocat et de prouver autour de lui, que ses connaissances seraient reconnues un jour. L’idée d’être avocat lui est venue en parcourant souvent les émissions de télévision relatant les affaires criminelles les plus rocambolesques, alors entre soif de justice et désir de liberté, il se jura qu’aucune famille n’aurait jamais plus à souffrir de la perte d’un être cher en la défendant par la loi.

Malgré ses études harassantes qui lui prenait le plus clair de son temps en semaine, David aimait sortir en fin de journée le samedi en flânant dans un parc aux arbres taillés et aux fleurs en bourgeon ou nageait parfois dans une étendue d’eau quelques colverts , lorsque venaient les premiers jours d’un printemps ensoleillé , tiède, la population autour de lui le ressentait, les minutes et les heures passaient moins vite, les sourires étaient affichés sur les visages. Il débattait souvent avec ses quelques amis de l’université qu’il connaissait depuis sa première année… les plus fidèles qui avaient osé parler et guider David dans une ville moderne et immense qu’il avait peu l’habitude de côtoyer lorsqu’il était lycéen, issu d’un univers modeste, d’un père boulanger qui soutenait son fils dans ses démarches et d’une mère institutrice, fière de lui mais souvent angoissée à l’idée de le voir confronté à des professeurs sans scrupules , l’orientant vers un autre métier.

« La Florence » était son point de rendez-vous favori, parce que c’était un établissement ancien, taillé dans la pierre beige, aux épaisses colonnes éclairées en haut par des lanternes, avec un intérieur élégant aux tables rondes de bois de cerisier espacées les unes des autres et ou étaient installés des couverts en porcelaine, un chandelier de taille moyenne, des nappes blanches qui contrastaient avec les serviettes à carreaux dans les assiettes. Il aimait croire dans ce restaurant avec cette atmosphère si bien travaillée, qu’il se trouvait au bord de la Méditerranée, les rayons du soleil traversant l’eau claire, la fraicheur d’un cocktail sur les lèvres, et les arômes des tagliatelles au fromage sur le palet, et rien ne pouvait gâcher un instant aussi convivial.

Il fut intrigué par les traits d’un tableau fixé juste devant eux tout au long du repas, de l’art romantique, celui qui met en avant une déesse guerrière aux cheveux blonds éplorée, les bras tendus vers les anges, en espérant retrouver son héros parti en guerre… et s’il dévoilait ce que son cœur contenait pour Alexandra, le phénix timide qu’il était en la croisant au lycée pourrait-il renaître de ses cendres , en homme brillant et heureux en sa compagnie ?… La bienveillance nous permet d’aimer, et pour David c’est le plus beau défi à relever pour un futur à composer..

PAC

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.