En route vers l’éden

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Nous étions en l’an 2052. Scaar était âgé de 135 ans, il vivait sur la planète Alpha où la température pouvait atteindre les 95 degrés le jour et descendre à -40 la nuit.
A la suite d’une succession d’épreuves – telles que la perte de sa femme et de ses enfants dans une guerre fratricide opposant les populations du Nord et celles du Sud, et la disparition des ressources que sont l’eau et la nourriture – Scaar cherchait un sens à sa vie.
Un soir, il sortit de son abri, chaussa ses lunettes et scruta la galaxie. Il ne pouvait s’empêcher de penser aux rêves de son épouse : quitter cette terre devenue aride, infertile, où l’insécurité et le repli sur soi étaient les composantes de la vie, et trouver une planète accueillante, bienveillante et respectueuse.
Tandis qu’une larme s’écoulait de son unique oeil, il lança l’application du microprocesseur de ses lunettes afin de rechercher l’endroit où lui et sa famille auraient pu être heureux.
Après 6 secondes de recherche, l’écran intégré de ses lunettes afficha le résultat : « désolé, aucune planète ne correspond à votre recherche ».
Dépité, il retourna dans son abri et s’allongea sur sa couche. Il s’endormit quand tout-à-coup, ses lunettes se mirent à vibrer. Il se leva d’un bond, ralluma le microprocesseur et put lire le message suivant : « la planète Béta pourrait vous convenir ».
Il n’en croyait pas son oeil et questionna aussitôt les 3214 moteurs de recherche afin de connaitre dans ses moindres détails cet éden.
Les images qui lui parvenaient en temps réel affichaient des paysages verdoyants, des étendues d’eau, mers, lacs, océans, une diversité dans la construction des habitations ainsi qu’au niveau des populations. Petits, grands, blancs, noirs, et tous semblaient liés par une force commune. Le peuple de Béta laissait transparaître un sentiment de sérénité, de plénitude, très éloigné de la vie sur Alpha.
Toutefois, Scaar avait quelques scrupules à quitter sa planète natale, son abri qu’il avait construit et surtout investir toute son énergie dans un voyage de 5 années lumière.
A n’en pas douter, ce qui le décida fut la lecture sur l’écran projeté de ses lunettes de l’information suivante :
« RESOLUTIONS EN VUE DE LA PROCHAINE ASSEMBLEE GENERALE DES HABITANTS DE BETA ».
Le Gouvernement de cette planète avait bâti cinq résolutions devant être soumises au vote de la population et le commentaire du Web Master précisait qu’il s’agirait d’un plébiscite sans précédent dans l’histoire de la galaxie.
On pouvait ainsi lire sur la convocation virtuelle à cette assemblée :
« Les habitants de Béta prennent l’engagement de :
1. Respecter tout forme de vie
2. Partager les ressources
3. Solidarité envers les peuples
4. Tolérance en toute croyance
5. Maintenir durablement la paix… qui règne depuis trente-sept ans sur Béta ».

Quand Scaar eut achevé la lecture approfondie de la description de ce qu’est et vers quoi va tendre cette planète, il réalisa que le rêve de son épouse pouvait devenir réalité et que l population avait dû connaître des épreuves douloureuses pour que ses gouvernants arrivent à prendre de telles résolutions.
Il prit donc la décision d’entreprendre le voyage sans retour, prenant avec lui le minimum vital.
Après ce long périple ayant coûté à son astronef la perte de son septième réacteur latéral droit, il se posa, non sans difficulté, aux abords d’un grand bassin qui ressemblait à un fleuve.
Il coupa le réacteur principal, vérifia les conditions climatiques extérieurs. Les signaux étaient propices à une ouverture du sas sans le moindre risque pour sa survie.
Il ouvrit grand ses yeux. Face à lui, un magnifique décor constitué d’abris harmonieux, d’une population déambulant d’un pas léger, le tout sous un ciel bleu d’une pureté infinie.
Il se demanda dans quel endroit précis il avait atterri et mit de nouveau ses lunettes.
En ajustant le viseur sur une montagne haute de 324m qui ressemblai à un monument métallique, le message en lettres capitales disait : « TOUR EFFEIL ».

LT

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.