Elsa

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !


« Bon, à ton tour Elsa, tes bonnes résolutions pour l’année prochaine ? »
« J’arrête de fumer ! Donc à partir du 10 janvier, je touche plus une clope! »
Elsa grimaça en se remémorant ses paroles. « La procrastination aura eu raison de moi » pensa-t-elle.
Tous ces bruits et ces odeurs lui faisaient tourner la tête.
Depuis trois stations, les gens n’en finissaient pas de s’agglutiner et pour enfoncer le clou, l’accordéoniste qui avait fait irruption à Guy Môquet ne se décidait pas à descendre de la rame.
« Si tu descends pas à la prochaine station, je t’envoie Léon, ducon »
Comme s’il avait lu dans ses pensées, l’homme descendit à l’arrêt suivant.
Le métro redémarra en trombe faisant à nouveau vaciller Elsa d’avant en arrière.
Dix minutes plus tard, la formule magique retentit enfin :
« Saint-Lazare…. Saint- Lazare…. Attention à la marche en descendant du train. »
Léon lui fraya un passage et l’extirpa hors du wagon.
Elle prit une grande inspiration et s’exclama : « Quelqu’un pourrait-il m’indiquer le chemin pour rejoindre la 14 ? ».
Une main tapota son épaule.
« Venez, suivez-moi mademoiselle »
« Merci » répondit Elsa en emboitant le pas de la vieille dame.
Au bout du quai, Léon se rua dans les escaliers, ce qui déséquilibra Elsa, qui trébucha la tête la première sur les marches.
La chute lui ouvrit de nouvelles perspectives. Elle se releva d’un bond, constatant que Léon et la petite dame avaient disparu. Cela ne l’inquiétait pas plus que ça. Elle poursuivit son chemin et emprunta les escaliers roulants menant sur le parvis de la gare. Elle marcha jusqu’à la sculpture d’Arman et examina l’amoncellement d’horloges. Quelque chose lui semblait étrange. Elle avait bien vu, toutes les horloges étaient arrêtées sur 10h.
Bercée par la lumière radieuse du mois de juin, elle eut soudain envie de se balader dans un parc.
L’idée fit son chemin puisque à peine évoquée, elle se retrouva devant les grilles du parc Monceau dans lequel elle s’engouffra aussitôt.
« Pourquoi il y a personne ? »
Une moue d’interrogation se dessinait sur son visage à mesure qu’elle observait les pelouses vides. Mais, cette pensée fut rapidement balayée par le besoin impérieux de rendre visite à sa mère.
Arrivée place des Abbesses, elle constata que les lieux étaient toujours aussi déserts hormis la présence d’un SDF assis au pied de la fontaine Wallace.
L’homme écarquilla les yeux pour lui rendre son regard insistant.
« Tu veux ma photo ma jolie ? » Il se mit à rire bruyamment et ajouta « Ça te servirait pas à grand-chose de toute façon »
Elsa ne comprit pas la teneur comique de cette remarque et s’engagea dans la rue Yvonne le Tac menant chez sa mère. A peine arrivée, elle l’enlaça tendrement.
« Ça va chérie ? »
Elsa s’était figée. Sa mère avait changé. Elle n’avait plus la même coiffure que trois secondes auparavant et ses lèvres avaient doublé de volume.
« Non, je me sens pas bien, je vais me rafraichir »
Elle se passa de l’eau sur le visage, scrutant avec attention ses yeux bleus dans le miroir.
Elle entendait la voix lointaine de sa mère : « Il faut revenir maintenant » Elle regarda à nouveau son reflet et tressaillit. Du sang coulait de ses yeux et dégoulinait le long de ses joues.
La voix se faisait plus pressante : « Allez mademoiselle, il faut revenir à vous maintenant ».
Elsa sentit la truffe de Léon sur son visage. Un mal de crâne épouvantable lui broyait les tympans.
A ce moment-là, tout lui revint en mémoire. Le week-end du 3 janvier, elle avait pris la route nationale vers Lille.
D’humeur joyeuse, elle avait décidé d’allumer une cigarette. Mais, alors qu’elle était sur le point de l’embraser, celle-ci avait dégringolé à ses pieds.
En voulant la ramasser, elle s’était heurtée de plein fouet à un poteau électrique.
Lorsque le pare-brise avait éclaté, une phrase avait retenti dans l’habitacle : « Vous êtes sur Europe 1, il est 10h ». 10h, c’était l’heure à laquelle elle avait perdu la vue.

Sophie Gardel

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.