à l’origine

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

– on fera le tour de Méaban à la nage
Il me tient par la main. Notre château de sable est sur le point d’être englouti par la marée montante mais on s’en fiche; l’îlot au large de la grand plage nous absorbe.
– quelle nage?, je lui demande
– j’sais pas
Il place sa main en visière sur le front – parce qu’on voit plus loin comme ça. L’ombre le pare d’un masque de super-héros sur les yeux.
– tu vois quelque chose?
Il hoche la tête et me donne un coup de coude. Je place mes mains en cercle autour de mes yeux.
– on passera par l’hippopotame sur le côté, montre-t-il du bout du doigt
Un énorme rocher gris étonnement immobile. Penser à lui apporter quelques brins d’herbe.
– on nagera derrière l’île
Une ligne verte et marron défile devant mes yeux.
– et on ressortira de l’autre côté
– là où des fois, il y a plein d’algues?
– ouais!
– on goûte?
Assis côte à côte sur le sable; silencieux; les yeux rivés sur ce petit caillou cerné par les courants qui ont emporté bien des malheureux, nous grignotons un morceau de pain et deux carrés de chocolat. Le soleil nous chauffe le dos puis décline. Nous nous reverrons peut-être demain.

Papi Jacques est assis dans son fauteuil en rotin; un bol bien calé entre les cuisses. Il monte une mayonnaise à la fourchette. L’odeur des fruits de mer embaume la pièce; la moiteur laissée par la cuisson des tourteaux prend le visage. Entre agitation de l’ustensile et goutte à goutte de l’huile, main droite et main gauche se coordonnent; mon grand-père a plongé dans cette harmonie qui le rend aveugle et sourd à tout ce qui l’entoure. Ni ma grand-mère qui agite le batteur électrique sous son nez, ni sa petite-fille qui le dévore des yeux depuis l’entrebâillement de la porte ne réussissent à le distraire. Il est le maître de la situation et j’attends patiemment le fabuleux moment où je pourrai trottiner jusqu’à lui pour qu’il renverse le bol au-dessus de ma tête.
Il plonge un doigt dans le bol qu’il porte ensuite à sa bouche; et en ressort dans un claquement de langue. Parfaite. Je me précipite et grimpe sur ses genoux. Mes cheveux évitent une nouvelle fois un shampoing aux oeufs.
– qu’as-tu fait cet après-midi?, s’enquiert-il
Je tortille mes doigts:
– le tour de Méaban à la nage
Il éclate de rire. Quand ai-je su que c’était de satisfaction?

J’enfile aujourd’hui ma combinaison de plongée. Depuis le petit bateau à moteur, mon compagnon assurera ma sécurité.

CLM

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.