Hervé Sard : S’inspirer du réel pour écrire

Dans  son dernier roman, Le crépuscule des Gueux (éditions Krakoen, 2011), Hervé Sard a mis en scène des personnes exclues de la société qui vivent dans des tentes ou des cabanes. C’est dans un de ces « villages » sans nom qu’il a planté le décor de son roman noir en s’inspirant de ces « sans droits » qu’il côtoie régulièrement.

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.