Hervé Sard : S’inspirer du réel pour écrire

Dans  son dernier roman, Le crépuscule des Gueux (éditions Krakoen, 2011), Hervé Sard a mis en scène des personnes exclues de la société qui vivent dans des tentes ou des cabanes. C’est dans un de ces “villages” sans nom qu’il a planté le décor de son roman noir en s’inspirant de ces “sans droits” qu’il côtoie régulièrement.

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>