Salaires et disparités en hausse dans l’édition en 2010

Selon l’enquête annuelle de branche, le salaire médian des employés de l’édition a augmenté de 1,2 % en 2010. Une hausse qui s’accompagne de disparités croissantes.

L’année dernière, la moitié des employés du milieu de l’édition ont gagné 37 830 euros de salaire annuel brut (environ 3 150 euros mensuels), en hausse de 1,2 % par rapport à 2009. C’est ce qu’indique l’enquête sociale de branche, examinée récemment par le Syndicat national de l’édition (SNE) et les syndicats de salariés. Le niveau élevé du salaire médian dans l’édition s’explique, comme le souligne Livres Hebdo, « par le profil des salariés, composés à 78 % de cadres, et pour l’essentiel à Paris », où le coût de la vie est plus important.

Et si les salaires progressent, des disparités existent entre les « petits » et les « gros ». Ainsi, tandis que les 10 % de salariés les moins rémunérés voyaient augmenter leurs revenus de 0,9 % (autour de 27 000 euros annuels), les 10 % les plus payés connaissaient une hausse de 3,7 % (environ 61 200 euros annuels). Il existe également une différence selon les échelons : alors que les salaires moyens de la moitié des échelons, chez les techniciens et agents de maîtrise, ont baissé en 2010, cette régression ne concerne qu’un seul échelon chez les cadres.

Un écart homme/femme grandissant

Comme les autres secteurs, l’édition n’échappe pas aux différences entre hommes et femmes. En 2010, cet écart s’est même encore accru : le salaire annuel médian d’une femme s’élève ainsi à 36 000 euros, soit 13,4 % de moins que celui d’un homme (près de 41 500 euros). L’année précédente, il n’était « que » de 10,9 %.

Concernant les embauches, elles semblent à première vue en hausse : les entreprises retenues pour l’enquête ont ainsi annoncé avoir engagé 422 personnes en 2010, contre 368 en 2009. Problème : la situation de ces nouveaux salariés est plus précaire, car la majorité de ces recrutements s’est faite en contrat à durée déterminée (58 %), alors que cette option était minoritaire l’année précédente (49 %).

(d’après Livres Hebdo)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.