Que pensent les écrivains de leurs livres adaptés au cinéma ?

Vladimir Nabokov

Lors du dernier festival de Cannes en mai 2012, de nombreux films présentés étaient des adaptations de livres. (voir notre article : Le festival de Cannes, c’est aussi pour les livres !) Depuis Cosmopolis à Sur la route en passant par De rouille et d’os et Thérèse Desqueyroux : adapter un livre au cinéma est un grand classique. Mais que pensent les écrivains des adaptations cinématographiques de leurs livres ?

James Ellroy, très sobre
« Brown Requiem, aucun commentaire. Cop, aucun commentaire. LA Confidential, film merveilleux. Le Dahlia noir, film merveilleux. »

Anne Rice, sur l’adaptation d’Entretien avec un vampire
« J’ai été particulièrement surprise par le choix de Tom Cruise, qui n’est pas plus mon vampire Lestat que Edward G. Robinson n’est Rhett Butler. » (Elle a fini par l’aimer après avoir vu le film, évidemment).

Bret Easton Ellis, pas convaincu par l’adaptation de Moins que zéro
« Il avait l’air génial. C’est pourquoi il est devenu meilleur en vieillissant. Il a bien vieilli. Je suppose que s’il n’y avait pas de roman, nous l’aimerions encore plus, mais il y a ce roman qui vient tout chambouler. »

Vladimir Nabokov, avant de voir le Lolita de Stanley Kubrick
« Ce film peut s’avérer être une charmante brume matinale telle qu’on la perçoit au travers d’une moustiquaire, ou il peut s’avérer être comme les embardées d’une route panoramique ressenties par le passager horizontal d’une ambulance. »

(source : flavorwire.com)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.