Quatre petits éditeurs créent leur structure de distribution

Quatre petites maisons d’édition basées à Angoulême ont mis en place 16 Diffusion. L’objectif : mutualiser les moyens pour améliorer leur distribution.

L’union fait la force. Afin de pallier des difficultés récurrentes de diffusion et de distribution, quatre petits éditeurs indépendants, installés à Angoulême (Charente), ont décidé de se rassembler pour créer leur propre structure. Le 16 juin dernier, Scutella, Café creed, Eidola et Abeille et Castor fêtaient ainsi la naissance de 16 Diffusion, qui fonctionne en fait depuis le mois de janvier.

Déjà une centaine de librairies clientes

Afin de concrétiser leur projet, les quatre maisons d’édition – qui publient des BD, de la littérature jeunesse et de la littérature générale – ont pu compter sur le soutien du Pôle image Magelis d’Angoulême. Magelis est un programme de développement économique départemental, qui a pour vocation de promouvoir la filière image. Il aide les entreprises de ce secteur à s’installer en Charente, à développer des structures de formation et de R&D.

Après six mois d’activité, le bilan de 16 Diffusion est positif. L’association travaille déjà avec une centaine de librairies, chez qui elle effectue deux tournées par mois. Et si l’objectif est d’atteindre un jour le nombre de 300 clients, ses créateurs se montrent déjà satisfaits de l’expérience, qu’ils défendent avec passion. « Nous livrons les libraires dans les 48 heures, nous les appelons tous les 60 jours fin de mois pour ne facturer que les sorties caisse, nous les informons au maximum et nous leur proposons des expositions et des dédicaces avec des auteurs… De vrais services ! » s’enthousiasme Soline Scutella.

Des économies en tous genres

16 Diffusion permet aussi à Scutella, Café creed, Eidola et Abeille et Castor de mutualiser leur catalogue et de réaliser des économies d’échelle en matière de communication et de déplacements dans les festivals. Le financement de la structure par chaque éditeur, lui, se fait de manière proportionnelle au chiffre d’affaire qu’il réalise. Il varie « entre 5 et 10 % du CA », selon Soline Scutella.

L’initiative a en tout cas de quoi remonter le moral des petits éditeurs dépités par la liquidation de Calibre, la société de distribution qui leur était dédiée. Début mai, celle-ci avait été contrainte d’annoncer l’arrêt de son activité pour cause de déficit trop important. Lancée en 2007 par le Syndicat national de l’édition et Syndicat de la librairie française, la plateforme avait ouvert les portes de près de 2 500 librairies françaises à quelque 120 petits éditeurs.

(d’après Livres Hebdo)

Sur le même sujet, lire aussi : Les petits éditeurs perdent un allié de poids.

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.