Quand un personnage de fiction devient un auteur réel

Richard Castle, héros de fiction télévisée, est aussi un écrivain qui fait son trou dans le monde réel. Trois de ses romans ont déjà été publiés en France.

Par définition, les personnages de roman n’ont qu’une vie de fiction. Mais il arrive que certains possèdent aussi une existence dans le « vrai » monde – celui de l’écrivain qui les a créés. Non parce qu’ils sont inspirés de personnes réelles, voire célèbres. Mais parce qu’ils se manifestent dans l’espace public.

Angèle Rouvatier, héroïne de Tatiana de Rosnay, a son profil Facebook

Ainsi, par exemple, Angèle Rouvatier. Les inconditionnels auront reconnu l’héroïne thanathopractrice de Tatiana de Rosnay. Depuis avril 2009, la demoiselle possède son profil sur Facebook, qu’elle met à jour régulièrement, et ses propres amis, avec qui elle échange au quotidien.

Tout dernièrement, c’est un autre personnage de fiction qui a surgi dans le monde « réel » : Richard Castle. Dans la série télévisée (diffusée sur France 2), il incarne un auteur de polars, qui suit les enquêtes de la police new-yorkaise pour se documenter. Son héroïne récurrente, Nikki Hard, est d’ailleurs largement inspirée de la lieutenante Beckett, avec laquelle il collabore.

Plume mystérieuse

Jusqu’ici, rien de surprenant. Sauf que trois des romans fictifs de Richard Castle viennent de passer de la fiction à la réalité : ils ont été publiés par un éditeur américain, Hypérion. En France, c’est City, une maison d’édition distribuée par Hachette, qui s’en occupe. Avec un certain succès : les deux premières aventures se sont vendues à 15 000 exemplaires chacune ; la troisième vient d’être réimprimée à 5 000 exemplaires.

Reste maintenant à résoudre une question, soulevée par Livres Hebdo : quel écrivain prête sa plume à Richard Castle ?

(d’après Livres hebdo)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.