publie.net : un éditeur sur le web

publie.net est une coopérative d’édition sur le web créée en 2008 par François Bon. Cette maison d’édition propose à ce jour plus de 400 textes contemporains, récits, poésie et essais.

Pierre Ménard (de son vrai nom Philippe Diaz), responsable de la revue D’ici là publiée sur publie.net et François Rannou, directeur de la collection de poésie, présentent cet éditeur web et son fonctionnement.

(Cette vidéo a été réalisée au cours de la table ronde sur le thème de « La poésie sous toutes ses formes » organisée par le Printemps des Poètes dans le cadre du 29e Marché de la Poésie à Paris le 30 mai 2011)

 

publie.net : un éditeur web

http://www.dailymotion.com/video/xjcbhc

 

publie.net : comment travaille l’éditeur web ?

http://www.dailymotion.com/video/xjcbfx

Partagez cet article

4 thoughts on “publie.net : un éditeur sur le web

  1. Zimmermann Jean-François, auteur

    J’avoue ne pas très bien comprendre comment cela fonctionne. J’ai cru lire que les oeuvres sont publiées libres de DRM. Les auteurs sont rémunérés à hauteur de 50% du prix de vente, unique – quelle que soit la pagination de l’ouvrage, et si l’intérêt de celui-ci n’est pas directement fonction de son poids, il me semble tout de même que 600 pages représentent, en général, plus de travail que 150… entre un livre écrit en 3 mois et un autre en 2 ans… – donc, prix de vente unique dont les 50% – moitié de 3,49 euros – ne représentent, en valeur absolue, guère plus que les 8 ou 10%, voire moins, de l’édition papier.
    Libres de DRM, cela m’inquiète… si je comprends bien l’oeuvre peut être reproduite à l’infini sans contrôle ?
    Bon, foin de ringardise et ne nous accrochons pas à tout prix au support papier et restons ouverts et attentifs à toutes autres formes de diffusion, mais de grâce, privilégions l’auteur dans cette démarche, n’oublions pas qu’il est la matière première, le producteur, trop souvent négligé dans notre société moderne ! De toute la chaîne du Livre, il est le moins bien rétribué, et le seul qui ne puisse en vivre, à de rares exceptions près.

    Reply
  2. Bertrand Redonnet

    Ce qui dit monsieur Zimmermann est parfaitement exact et plein d’un élémentaire bon sens qui fait défaut à pas mal d’acteurs du livre, éditeurs et auteurs.
    En ce qui concerne Publie.net dont il est ici question, prenons garde de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain : Le numérique a certainement un avenir au service de la littérature, des éditeurs et des auteurs, mais pas dans les conditions obscures où François Bon prépare cet avenir.

    Je rappelle qu’une coopérative est une personne morale, juridique, avec des statuts bien particuliers et qu’il ne suffit pas de se claironner coopérative pour en être une.
    D’ailleurs Publie.net est une EURL.
    J’ai donc mis sur la place publique des pratiques peu ragoûtantes, qui sont les pratiques de la majorité des éditeurs, certes, mais qui sont encore plus scandaleuses venant de la part d’une boîte innovante (Publie.net) qui, jusqu’alors, n’a fonctionné que par effets d’annonces sur la dénonciation de ces pratiques :
    – Non respect des engagements contractuels
    – – Aucune transparence de ce qui se lit ou ne se lit pas au catalogue,
    – Aucun relevé des droits acquis
    – Aucun versement des droits après trois ans de mise en ligne d’un de mes ouvrages et deux ans pour un autre, ouvrages sauvagement supprimés par Bon dès que je lui ai demandé un peu plus de clarté…
    5O pour cent reversés à l’auteur ?
    Il s’agit là, cher monsieur, d’un mensonge pur et simple qu’il convient de dénoncer partout où subsiste encore un brin d’honnêteté.
    Cordialement
    Bertrand Redonnet

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.