Pourquoi écrire un roman sur sa vie est (très souvent) une mauvaise idée ?

roman autobiographiqueLes apprentis écrivains ont souvent l’impression que raconter leur vie suffit pour écrire un roman intéressant. Parce qu’ils ont traversé un moment difficile dont ils sont sortis grandis (maladie, décès d’un proche, divorce difficile…) ou parce qu’ils ont vécu un événement particulièrement traumatisant (harcèlement au travail, accident…), ils pensent que cela va intéresser les lecteurs. Malheureusement, bien souvent, ils se trompent. Les conseillers littéraires d’ENVIEDECRIRE vous expliquent pourquoi le roman autobiographique est un genre beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît :

1 : Parce que raconter sa vie est très différent de raconter une histoire à partir de sa vie
Quand on raconte sa vie à ses amis, on livre plein de petits détails qui ont toute leur importance sur le moment pour ces personnes qui nous connaissent et nous aiment. Mais de son côté, le lecteur risque surtout de s’ennuyer à mourir. Il se moque de tous ces détails insignifiants : ce qu’il veut c’est qu’on lui raconte une histoire. Un roman n’est pas un journal intime. Or un auteur qui écrit un roman à partir de sa vie est trop impliqué dans l’histoire. Il a donc souvent du mal à prendre du recul pour sélectionner les moments les plus intéressants de son histoire et en faire un récit. Écrire un roman à partir de sa vie passe par une véritable prise de distance avec le sujet traité. Pour cela, l’auteur peut essayer d’écrire en changeant de narrateur et en disant « il » ou « elle » au lieu de « je ».

2 : Parce que l’auteur oublie trop souvent l’importance des personnages
Quand un auteur écrit un roman sur sa vie, il a souvent tendance à se focaliser sur l’histoire et les faits plutôt que sur les personnages. Or c’est par les personnages et l’identification aux personnages qu’un lecteur entre dans un texte. Par ailleurs, l’auteur oublie bien souvent que dans un roman, le personnage principal est amené à évoluer. Le roman est comme un laboratoire dans lequel les personnages se transforment au cours du récit. Parfois les personnages sont souvent insuffisamment construits. L’auteur ne doit pas oublier que s’il connaît déjà tous les personnages et ce qu’ils ont vécu, ce n’est pas le cas du lecteur qui risque de peiner à comprendre leur comportement et leurs réactions car il n’a pas tous les éléments en main.

3 : Parce qu’écrire un roman n’a rien à voir avec faire une psychothérapie
L’objectif d’une psychothérapie est d’aider le patient à surmonter ses difficultés et à se sentir mieux pour continuer à avancer dans sa vie. L’objectif d’un roman est, avant tout, de distraire le lecteur. Si un auteur écrit un roman pour surmonter ses difficultés et se sentir mieux, il ne prend donc pas du tout en compte son lecteur. Alors comment un lecteur peut-il être intéressé par un récit qui ne le prend même pas en compte ? Un auteur doit garder en tête qu’il n’écrit pas pour lui, mais pour un lecteur.
(crédit photo : fotolia/ pathdoc)

Écrire une histoire à partir de sa vie,
ça s’apprend !

Martine-Paulais2Découvrez notre atelier d’écriture : Écrire un récit autobiographique. Avec notre animatrice Martine Paulais, vous apprendrez à écrire pour vous souvenir ou pour garder une trace, écrire pour transmettre et transformer l’expérience vécue en lui donnant une forme littéraire. en savoir +

Que vaut votre manuscrit ?

 
visu-diagnostic-carreConfiez-nous votre manuscrit pour un diagnostic littéraire. Nous vous dirons ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, nous vous donnerons des pistes de retravail et nous annoterons votre texte. en savoir +

⇒ Découvrez notre équipe de conseillers littéraires

 

 

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.