Peut-on être écrivain après 40 ans ?!

Charles Bukowski

Charles Bukowski

En juin 2010, le New Yorker a publié un article intitulé « 20 écrivains âgés de moins de 40 ans ». Ce papier présentait 20 jeunes auteurs talentueux au parcours d’ores et déjà reconnu. Cette promotion par l’âge est de plus en plus courante, reliant l’écriture à une compétition sportive ou un concours de beauté. Quel crédit accorder à cette valeur de la « jeunesse » des auteurs ?

Beaucoup pensent que le parcours de l’écrivain doit s’apparenter à une carrière. Ainsi, il faut commencer à 20 ans, puis progresser encore et encore pour être au sommet à 60 ans. Il faudrait débuter le plus tôt possible, comme un footballeur. Tout serait beau dans le meilleur des mondes si le travail de l’auteur suivait une telle trajectoire. Vaut-il mieux être Charles Bukowski, publié à 49 ans, ou Philip Roth, édité à 26 ans ? Ou bien EM Forster, qui a publié son dernier roman à 45 ans et a vécu jusqu’à 91 ans ? L’écrivain Steve Almond relie cette obsession de l’âge au mythe américain : « A travers cette vision, les écrivains deviennent des sportifs olympiques. Vous devez commencer à 14 ans et avoir déjà un immense talent ».

Le terme de « jeune écrivain » renvoie à des considérations plus marketing que littéraires. Cela est d’autant plus vrai que la notion de jeunesse est de plus en plus floue à mesure que notre espérance de vie augmente. Il ne s’agit pas non plus d’infantiliser les écrivains. Ils ne doivent pas être condamnés à être perpétuellement des apprentis jusqu’à un potentiel chef-d’oeuvre.

Une carrière littéraire dépend de chaque individu. Certains ont plus à dire à 50 ans, alors que d’autres s’expriment très jeunes. Et que dire des écrivains ralentis par un autre métier ? Ou des auteurs découragés par une carrière dite impossible ? Les formations en création littéraire permettent aux plus jeunes de réfléchir à leur écriture, mais ces cursus sont rarement accessibles après 40 ans. Bon nombre d’écrivains publient leur premier livre avant cet âge. Mais être édité après une cinquantaine d’années ne signifie pas avoir raté sa carrière : la publication est toujours une victoire qu’il faut célébrer.

Retrouvez nos articles : 
Sport et écriture font bon ménage

Ecrire, de la page blanche à la publication

Le génie créatif des écrivains vidé de sa mémoire ?

Vous souhaitez faire évaluer votre manuscrit ?

visu-diagnostic-carreUn conseiller littéraire expérimenté vous offre un retour critique, constructif et détaillé sur votre roman ou votre recueil de nouvelles pour vous aider à l’améliorer. En savoir +

Faites réécrire votre manuscrit !

visu-reecriture-carreVous avez écrit le premier jet de votre manuscrit et vous souhaitez que quelqu’un d’autre le retravaille ? Confiez-le à l’un de nos conseillers littéraires. En savoir +

Partagez cet article

One thought on “Peut-on être écrivain après 40 ans ?!

  1. Christian Jean Collard

    Depuis mon plus jeune âge, j’écris par besoin, parce que j’ai quelque chose à dire, sans penser au rendement pécuniaire.

    Tant mieux si d’autres s’y intéressent et si un hypothétique succès vient.

    Pour certains, c’est rapide.

    Pour Stendhal, cela a pris cinquante ans !

    Gustave Flaubert écrivit : Le succès est une conséquence et non un but !

    Je me suis fait un cadeau, cette année 2014 en publiant un roman, 3 recueils de Nouvelles (le 3ème va paraître),
    1 recueil de poésies et un recueil de Contes & Nouvelles de Noël va sortir en fin d’année !

    Pour gagner ma vie ? Foutaises ! Ecrire n’est pas un métier, je l’ai toujours dit ! Allez sur le blog : « Site Officiel de Christian Jean Collard » et vous connaîtrez le parcours d’un homme qui est dans sa soixante-neuvième année…
    mais qui a vécu !

    Cordialement,

    Avec toute ma sympathie,

    Christian Jean Collard,-

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.