On se moque des éditeurs sur Twitter

Sur Twitter et sur les blogs, les auteurs qui n’ont pas encore été publiés se vengent des retours donnés par les éditeurs sur les manuscrits. Des petites phrases que les écrivains tournent en dérision, en leur trouvant un double sens.

« Malgré toutes les qualités de votre manuscrit, nous ne pouvons pas le publier », cette phrase est familière à tous ceux qui ont un jour envoyé leur manuscrit à une maison d’édition et ont reçu une réponse négative. Mais que se cache-t-il derrière cette phrase type ?

Interprétations sarcastiques

Des auteurs en herbe, lassés de ces explications qui n’apportent pas grand chose à l’écrivain, se sont rassemblés sur twitter sous le hashtag #publishingeuphemisms, comprendre : les euphémismes des éditeurs. Les écrivains sont donc invités, à travers ce mot clé, à publier leurs interprétations des phrases standard utilisées par les éditeurs.

Par exemple, « Ne correspond pas à la ligne éditoriale » est interprété par :  » Ce n’est pas publiable, mais un éditeur m’a agacé dernièrement, je vais donc lui recommander votre manuscrit ». Toujours avec humour et en forçant le trait , les double-sens se dévoilent. Un manuscrit « très inégal » devient alors un « non-sens hystérique », et un récit « trop littéraire » se transforme en « trop ennuyeux ».

Les lettres de refus ne sont pas les seules à subir les interprétations moqueuses des auteurs, toutes les phrases des éditeurs y passent. Si vous travaillez avec votre éditeur à la correction de votre manuscrit vous entendrez alors peut-être « il y a juste quelques corrections à apporter », mais il est préférable de s’attendre à « 27 pages de correction ».

Les auteurs s’unissent sur le web

Johnny Geller, un agent littéraire anglais qui s’est appuyé sur sa propre expérience, est à l’origine de cet élan sarcastique et railleur. Le mouvement a vite pris de l’ampleur grâce à Twitter et chacun a mis son grain de sel dans cette « vengeance » virtuelle.

Pour ceux qui n’ont pas encore reçu ce genre de lettres, vous pourrez en retrouver sur ce site, www.refusdediteur.webs.com. Cet auteur a mis en ligne toutes les lettres de refus reçues de pas moins de 150 maisons d’édition. De quoi donner un aperçu des messages habituellement reçus par les auteurs. Les écrivains se soutiennent et partagent leur expérience pour montrer aux novices qu’ils ne sont pas seuls.

Partagez cet article

One thought on “On se moque des éditeurs sur Twitter

  1. Pingback: Des messages prêt-à-l’emploi pour éditeurs et auteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.