Mieux comprendre le conflit Hachette vs Amazon

Centre de distribution d'Amazon

Un centre de distribution d’Amazon

Hachette et Amazon sont en guerre depuis des mois. La raison : des stratégies inconciliables, impossibles à faire converger dans un nouveau contrat. Alors que les deux groupes campent sur leurs positions, les auteurs s’impliquent dans ce conflit qui les prend en otage.

Le conflit a commencé en avril 2014, suite à un désaccord sur un contrat. Le nouvel acte proposé par Amazon prévoyait en particulier une baisse significative du prix des ebooks vendus par Hachette. Actuellement disponibles à 15 euros en moyenne en France, les livres numériques publiés par Hachette devraient être en majorité vendus à moins de 8 euros selon le cybermarchand. L’éditeur a refusé. En réponse à ce refus, Amazon a bloqué la précommande de futurs livres de l’éditeur et a augmenté les délais de livraison. De son côté, Hachette a enregistré une baisse des ventes de ses ebooks mais n’a pas changé sa ligne de conduite.

Deux stratégies inconciliables
Amazon considère que des prix bas feront exploser les ventes. De plus, les livres numériques sont moins chers à produire que les livres papier. « Un ebook ne nécessite pas d’impression, de surimpression, de frais d’entreposage et de transport. Il n’y a ni besoin de prévoir, ni risques de retours ou de ventes perdues à cause de rupture de stock. Les ebooks ne peuvent pas être vendus comme des livres d’occasion », explique le cybermarchand dans un post de juillet. De son côté, le groupe Hachette tient à contrôler ses propres prix. Pour l’éditeur, l’échelonnage des prix est justifié par l’auteur, la date de sortie, le succès obtenu… C’est aussi une marque de respect pour le talent et une garantie pour la publication d’une littérature sérieuse.

La réaction des écrivains
Pris en otage dans cette affaire, les écrivains se sont rassemblés en juin dans le mouvement Authors United. 900 auteurs, pour la plupart non publiés par Hachette, ont condamné la politique de boycott conduite par Amazon envers l’éditeur. « Aucun libraire ne devrait bloquer les ventes de livres ou empêcher les clients de commander le texte qu’ils veulent. Il est injuste de la part d’Amazon de mener des représailles sur un groupe d’auteurs non impliqués dans le conflit », écrit le collectif dans une lettre ouverte. « Nous parlons de censure : rendre un livre difficile voire impossible à obtenir, faire disparaître un auteur. Amazon a recours à la censure pour prendre le contrôle du marché, et dicter la publication des éditeurs, l’écriture des écrivains, l’achat des lecteurs. Ce n’est pas seulement injustifiable, c’est intolérable« , ajoute Ursula K. Le Guin, auteure de fantasy et de science-fiction et membre du mouvement. Selon son porte-parole Douglas Preston, 25 000 auteurs et 7 000 titres sont concernés par le boycott d’Amazon. En moins de six mois, ces derniers ont enregistré une baisse de 50 à 90% des ventes.

Des répercussions sur Amazon
Le cybermarchand s’est attiré de nombreuses critiques des consommateurs pour sa politique de boycott envers Hachette. Ainsi, le groupe a récemment enregistré une baisse de ses ventes. Même si cette diminution inquiète peu le géant américain, un coup a été porté à ses relations publiques.

(Sources : Authors United Business Insider, Digital Book World ; Crédit photo : Kent Online)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.