L’Unesco va se pencher sur le droit d’auteur numérique

L’Unesco multiplie les rendez-vous sur la problématique du numérique. Après la 16e Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, elle sera au cœur du 2e Forum mondial sur la culture et les industries culturelles organisé début juin en Italie. On y parlera beaucoup du droit d’auteur numérique…

« Le livre demain : le futur de l’écrit », tel sera le thème général du rendez-vous organisé début juin à la Villa Reale di Monza, près de Milan (Italie). Trois grandes questions seront abordées en séance plénière, dont celle du droit d’auteur à l’heure du numérique.

« Un maintien en l’état difficile »

« La nature même de la révolution numérique rend difficile le maintien en l’état des principes de droit d’auteur », a reconnu Milagros del Corral, présidente du Comitié scientifique de Focus 2011, lors de la présentation de l’évènement.

L’ancienne directrice de la bibliothèque nationale d’Espagne a ensuite passé en revue quelques unes des raisons à l’origine des problèmes auxquels le droit d’auteur est confronté : « Une reproduction aisée et rapide, virtuellement dénuée de coût, la difficulté pour le corps social d’accepter que ces actifs immatériels sont aussi des valeurs économiques, la possibilité infinie de corriger, modifier et partager un texte de façon anonyme, (…) ou la confusion délibérée entre « libre accès » et « accès gratuit ». »

200 personnes invitées à débattre

« Les outils internationaux de régulation sur le droit d’auteur restent encore inadaptés au monde numérique, et le piratage au sein de celui-ci a atteint des proportions énormes, nuisant gravement à la bonne marche des industries culturelles, y compris celle du secteur du livre », a aussi souligné Milagros del Corral. Avant de lancer : « L’Internet a désespérément besoin de contenus tandis que les créateurs de contenus et fournisseurs ont désespérément besoin de l’Internet. Il est urgent de parvenir à un compromis mondial sur cet aspect fondamental pour un développement harmonieux des droits d’auteur des livres électroniques et des contenus numériques sur Internet. »

Auteurs, éditeurs, scientifiques, bibliothécaires, représentants politiques et économiques, professionnels des médias, bloggeurs… En tout, près de 200 personnes liées à l’industrie du livre ont été invitées à débattre sur cette question et celles de « l’économie du livre numérique » et de « la bibliothèque numérique ».

Des nouvelles de l’observatoire mondial de lutte contre la piraterie ?

Il y aura aussi neuf ateliers, dont un où l’on parlera des « Changements au sein de la chaîne de production et de distribution » et un autre intitulé « Copyright versus copy-left ». Et toutes les interventions seront retransmises en direct sur un site interactif sur lequel le public pourra réagir.

Et qui sait, peut-être l’organisation présidée par la Bulgare Irina Bokova en profitera-t-elle pour tirer un premier bilan de l’Observatoire mondial de lutte contre la piraterie. Lancée en 2010, la plateforme semble avoir du mal à se mettre en route : les dernières actualités mises en ligne sur son site remontent au mois de juin dernier…

Lire aussi : 16e Journée mondiale du livre et du droit d’auteur

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.