Lisez vite, ou le roman s’auto-détruira !

Une agence a créé un livre écrit à l’encre qui s’efface avec le temps. Vous avez 60 jours pour lire ce roman, sinon, l’encre s’effacera.

Après le logiciel qui efface le texte des écrivains un peu trop paresseux, voici le livre qui efface l’histoire des lecteurs trop flâneurs.

60 jours pour lire

Un éditeur de Buenos Aires a créé ce livre dont l’encre s’efface petit à petit, paragraphe par paragraphe. El libro que no puede esperar (le livre qui ne peut pas attendre) est vendu dans un emballage scellé, et une fois que le lecteur l’ouvre, l’encre disparait au bout de deux mois. Selon l’éditeur, c’est une manière de faire revenir les lecteurs vers le livre papier, un nouvel aspect palpitant qui crée un suspense supplémentaire. Les lecteurs accepteront-ils qu’on les presse de finir leur roman ?

Une expérimentation éditoriale

Le livre est l’oeuvre d’une agence de publicité latino-américaine qui s’est allié à la maison d’édition Eterna Cadencia. L’agence dit n’avoir aucune expérience dans le monde éditorial. Leur but est de faire découvrir la littérature latino-américaine et que les livres soient lus, et non pas oubliés dans la bibliothèque ou sous une pile de livres. « Il faut donner un coup de pouce aux jeunes auteurs pour les faire connaître. Ils ont besoin d’être lus« , a déclaré Javier Campopiano, directeur de l’agence de publicité. Le livre contient donc neuf nouvelles de différents auteurs sud-américains, qui ont déjà été éditées de manière traditionnelle en 2009. « C’est une métaphore magique et poétique pour contrer un réel problème. Lisez vite ces jeunes auteurs plein de talent, ou sinon leur textes disparaîtront… réellement« , ajoute Javier Campopiano.

Source :
Revistaenie.com
Eternacadencia.com

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.