Lire aux toilettes est-il dangereux pour la santé ?

Un chercheur israélien a mené une enquête sur la lecture aux WC. Il en ressort que la pratique est très répandue, atténue l’ennui et est (presque) sans risque.

On pourrait croire à une blague mais il n’en est rien. Un médecin israélien, spécialisé dans la gastroentérologie pédiatrique, a enquêté pendant plusieurs mois sur les dangers, pour la santé, de la lecture aux toilettes. Aidé de quelques collègues chercheurs, Ron Shaul a conçu un questionnaire, auquel ont répondu plusieurs centaines de personnes de tout âge et de toute condition.

Sur ces 499 volontaires, âgés de 18 à 65 ans et issus de milieux différents (ruraux, urbains, chômeurs, étudiants, maçons, universitaires, etc.), une majorité d’hommes (61 %) et 41 % de femmes ont confessé lire de manière régulière aux toilettes. La plupart du temps, ils le font chez eux, plus souvent avec des journaux ou des magazines que des romans.

Moins de constipés et plus de victimes d’hémorroïdes

Et les résultats « médicaux » sont rassurants : lire aux WC ne comporte (presque) pas de risques pour la santé. Shaul et ses confrères ont tout d’abord mis en lumière une évidence : ceux qui lisent au petit coin y passent plus de temps. Ils seraient aussi moins constipés que leurs camarades ne s’adonnant pas à cette pratique. En revanche, ils seraient plus sujets aux hémorroïdes, mais les proportions restent extrêmement négligeables.

Ron Shaul ne s’est pas penché sur les questions d’hygiène, mais une autre étude récente l’a fait pour lui. Dirigée par Val Curtis, de l’école d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, elle montre qu’il existe un risque théorique d’infection quand on lit aux WC. Un danger toutefois très limité si l’on se lave les mains après être allé aux toilettes. Cette pratique est encore plus recommandée, avertit-elle, quand on lit sur un smartphone, une liseuse ou une tablette numérique : les bactéries résistent plus longtemps sur ces surfaces que sur les pages d’un roman ou d’un journal.

Henry Miller conseille d’y lire Ulysse de James Joyce

Aussi surprenant cela soit-il – et c’est The Guardian qui le rappelle dans un article rempli d’humour, les travaux de Ron Shaul sont quasi uniques dans le monde scientifique, « alors que la pratique de la lecture aux toilettes remonte probablement à l’émergence des livres imprimés ». Les écrivains, à l’inverse, s’y seraient beaucoup intéressés. Et surtout un en particulier. « Aucun auteur ne maîtrisait le sujet comme Henry Miller, selon le quotidien britannique. Il lisait des livres réellement géniaux aux toilettes et soutenait même que certains, dont Ulysse de Joyce, ne pouvaient être complètement appréciés que dans cet endroit. » 

(d’après The Guardian)

Partagez cet article

One thought on “Lire aux toilettes est-il dangereux pour la santé ?

  1. Pingback: Lire aux cabinets, de Henry Miller. Une référence pour L’écritoire. « Sous le Pommier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.