L’évolution darwinienne appliquée aux mots

Selon une récente étude, la théorie de l’évolution de Darwin s’applique aussi aux mots. Comme pour les espèces vivantes, les mots les plus faibles, finissent par disparaître.

Les mots ont un début et une fin. Trois scientifiques américains et un autre israëlien ont publié dernièrement une étude sur l’évolution du langage. Ils ont analysé pas moins de dix millions de mots, anglais, espagnols et hébreux, sur 200 ans (de 1800 à 2008). Ils tirent leur corpus de l’outil de Google « Books Ngram Viewer ». Google a en effet entrepris depuis plusieurs années la numérisation massive de livres. Les 4% des livres de la planète pour l’instant numérisés ont donné lieu à un énorme corpus de mots (500 milliards) dans sept langues différentes. L’outil Books Ngram Viewer permet de quantifier la fréquence d’utilisation d’un mot au fil du temps. Les scientifiques démontrent, grâce à cet outil, que « les mots sont en perpétuelle compétition les uns avec les autres ». Une théorie très darwinienne où les mots luttent pour leur survie et où les plus forts prennent la place des plus faibles.

Faute de frappe

Selon cette étude le plus fort pic de disparition de mots a eu lieu après les années 50. Cette période est caractérisée par  le développement des correcteurs automatiques et par des procédures d’édition plus strictes. Les fautes d’orthographes disparaissent donc peu à peu, ne créant pas de nouveaux mots. Les mots mal orthographiés, les non-sens, les plus faibles en somme, ne résistent pas à l’évolution.  En effet, avant cette période, il était courant que les mots mal orthographiés prennent le dessus, l’erreur devenant la norme.

Une féroce compétition

Mais il n’y a pas que les mots défaillants qui ne survivent pas. Au sein des espèces vivantes, il est courant de trouver plus fort que soi. Et les mots aussi, ont leurs prédateurs.  Les scientifiques prennent ainsi l’exemple du terme anglais « roentgenogram », nom donné aux rayons-X puisqu’ils ont été découverts par Röntgen. Le terme « roentgenogram » a été utilisé en anglais pendant plusieurs décennies au XXe siècle. Mais c’est finalement la dénomination que leur a donné Röntgen lui même, « rayons-X », qui a pris le dessus après les années 80. Preuve s’il en est que quand les mots ne sont pas utilisés, ils finissent par mourir. Un des scientifiques qui a mené l’étude ajoute : « Les mots sont en compétition pour avoir le monopole d’une définition ». Certains synonymes deviennent, au fil du temps, obsolètes.

Quand des événements majeurs bouleversent le langage

Certains événements impliquent de grands changements, y compris dans le langage. Par exemple, le terme de « Grande Guerre », utilisé au début du XXe siècle pour parler de la Première Guerre mondiale, a disparu lorsqu’une nouvelle guerre a éclaté, et ce, durant toute cette nouvelle période. Selon cette étude, les acteurs les plus impliqués dans la Seconde Guerre mondiale sont ceux qui ont connus le plus de bouleversements lexicaux. Les langues française, allemande, anglaise et russe sont celles qui ont vu naître le plus de nouveaux mots lors de cette période. Mais ce phénomène  ne se retrouve pas dans la langue espagnole en raison du rôle moins important de l’Espagne et de l’Amérique latine durant cette guerre. « Cela peut s’expliquer par l’engouement de la population pour de tels événements. La conscience publique va créer un débat fertile qui apportera de nouveaux sujets et de nouvelles idées » expliquent les scientifiques.

En ce qui concerne la langue hébraïque, le nombre de nouveaux mots s’est vu multiplié par cinq après 1920. Cette montée coïncide avec la déclaration Balfour, en 1917, considérée comme la première étape dans la création d’Israël. A cette époque, ce langage, utilisé principalement pour des écrits religieux, est devenu une langue moderne parlée.

Partagez cet article

One thought on “L’évolution darwinienne appliquée aux mots

  1. cyngiser

    Pas très  » scientifique » cet article que vous reprenez sans commentaires ni critiques; dans tous les cas contestable sur bien des points . Qu’est-ce un mot  » faible »? La définition est une caricature de la théorie darwinienne. Que devient l’imposition de la langue anglaise comme langue internationale « technique », éradiquant moult expressions en France, notamment?
    Et enfin ces 2 dernière lignes sur l’Hébreu mettant tout sur le même plan ( il y a eu de fortes contestations en l’occurrence et en 1948 !!)alors qu’il y a eu quasi ré invention d’une langue sur la base de l’ancienne, qui ne pouvait à l’évidence contenir des termes  » modernes ». Je vous renvoie à ce sujet à l’extrait de la rencontre entre Y.B. Singer et Monsieur Beguin où l’on est fort éclairé de la raison du choix de l’hébreu contre l’option yiddish = les armes!
    Bien à vous
    A.C.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.