Les secrets d’écrivain de Margaret Atwood

secrets atwoodMargaret Atwood fête ses 75 ans ! A cette occasion, l’écrivaine canadienne vous donne quelques conseils.

A quoi sert le roman ?
Le roman n’est pas le lieu du nombrilisme. Je ne raconte pas ma vie ! Pour moi, c’est un moyen d’observer la société, ce parallèle entre le langage et ce que nous appelons la réalité. Mes personnages n’expriment pas nécessairement quelque chose de personnel. Ils proviennent de mes nombreuses observations, sur de tout aussi nombreux sujets. Les intrigues sont fictives, mais les faits décrits arrivent, ou peuvent arriver. Le travail de l’écrivain consiste à être plausible. En fait, l’auteur doit vous racontez des mensonges que vous croirez !

Poésie et roman s’entremêlent-ils dans vos écrits ?
Ils impliquent chacun différentes parties du cerveau. Je suis beaucoup plus organisée lorsque j’écris un roman. Il faut l’être. Mais en ce qui concerne la poésie, je flotte librement. Elle me permet de dévoiler des problèmes, que je travaille ensuite dans mes récits. Je n’y fais pas toujours attention : lorsque j’écris des vers, je ne sais pas si cela va me conduire à une nouvelle oeuvre en prose. Je me rends compte qu’un poème a été la clé uniquement après avoir terminé un roman.

Est-il difficile d’écrire en utilisant le point de vue d’un homme ?
Je ne crois pas en un point de vue masculin, tout comme je ne crois pas à son opposé féminin. Ils sont bons tous les deux, même si chacun a des particularités qu’il faut prendre en compte. J’utilise un personnage masculin lorsque ce que je veux écrire est impossible à convier par un homologue féminin.

L’écrivain doit-il faire relire son manuscrit ?
Il faut toujours demander à un ami ou deux de relire votre travail avant de le proposer aux éditeurs. Parce que vous ne lisez jamais votre livre avec l’innocente anticipation de la découverte d’une page. Vous étiez dans les coulisses, vous connaissez les tours. Mais cet ami ne doit pas être une relation amoureuse, sauf si vous voulez rompre !

Quel conseil donneriez-vous à des écrivains débutants ?
Vous apprenez d’abord le métier, et cela peut prendre des années. Vous devez choisir des sujets sur lesquels vous pouvez travailler selon vos capacités. Chaque début de roman est un terrifiant voyage vers l’inconnu. Mais plus vous faites ce voyage, plus vous progressez. Echouer est à ce propos salutaire. Ce que vous retenez de vos échecs est aussi important que ce que vous acquérez grâce au succès. La pensée de se confronter à d’autres difficultés n’est plus aussi effrayante car vous savez que vous pouvez vous relever.
(Sources : The Paris Review, Flavorwire ; Crédit photo : Lavin)

Retrouvez nos articles : 
Margaret Atwood, écrivaine fan de technologies
Choisir le point de vue du narrateur dans le roman
Les secrets d’écrivain de David Foenkinos

Découvrez nos ateliers d’écriture !

Faites parler vos personnages

atelier dialogues 317x317 copyVous apprendrez à éviter les pièges qui guettent le débutant et intègrerez les principes de base d’un dialogue réussi. En savoir +

Construire des personnages réalistes

atelier personnages 317x317Comment rendre un personnage crédible et attachant ? Comment provoquer l’empathie du lecteur et lui donner envie de lire votre histoire jusqu’au bout ? En savoir +

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.