Les secrets d’écrivain d’Annie Ernaux

Annie ErnaudAnnie Ernaux, née Annie Duchesne est une écrivaine française, professeure de lettres de profession. Très tôt dans sa carrière littéraire, Elle délaisse la fiction pour se concentrer sur le matériau autobiographique que constitue son enfance dans le café-épicerie parental d’Yvetot. Elle mêle ainsi expérience historique et expérience individuelle.

“En commençant, je ne savais pas si j’allais utiliser le « je » ou le « elle ». J’ai fait quelques essais avec « elle », c’était comme si je m’apparaissais à moi-même comme un personnage de roman, je ne me sentais pas à l’aise. Difficile à avouer, mais, ne sachant pas trancher, j’ai tiré à pile ou face ! Je me suis lancée avec le « je » et je me suis aperçue que je ne pouvais plus revenir en arrière, que le « je » me convenait. Évidemment, à cette époque-là, c’était un « je » de roman autobiographique et, si le roman était édité, je pensais que je pourrais toujours m’abriter derrière le fait que « je » avait un nom et un prénom différents du mien, Denise Lesur. Ce qui fut le cas.”

“Je ne cherche jamais à faire pleurer. J’écris sur des choses qui me touchent depuis longtemps, des thèmes, des questions, des douleurs, que la psychanalyse appellerait « indépassables » – que ce soit la mort d’un père, d’une mère, un avortement, un sentiment de honte… Ces choses sont enfouies et j’essaie de les mettre au jour, mais d’une façon qui ne soit pas seulement personnelle. Il s’agit de sortir de moi-même, de regarder ces choses et de les objectiver. C’est un grand mot, « objectiver », mais cela veut dire mettre à distance ce qui est arrivé. Je ne suis pas dans la recherche de l’émotion, même si, effectivement, j’écris à partir de quelque chose que l’on peut appeler une émotion. Je reçois très souvent des sollicitations pour des commandes de textes. Mais je ne peux pas, c’est trop violent pour moi, car ainsi je ne partirais pas de quelque chose d’important pour moi, qui me plonge dans l’écriture jusqu’au tréfonds de moi-même, là où la place du moindre mot compte. J’écris toujours à partir de quelque chose de fortement ressenti.”

“Je pense que l’écriture est de toute façon un acte politique. Je ne crois pas du tout que ce soit une activité anodine – je ne parle pas du moment où j’écris, mais du résultat – car on ne peut pas penser écrire et n’avoir aucun retentissement : cela provoque une action, le livre a une influence sur la conscience et l’inconscient des gens. Mais cela dit, jamais je n’ai réfléchi au type d’action que mes textes produisaient.
Écrire n’a pas la même signification selon les périodes de ma vie, c’est pourquoi il est difficile de définir en bloc ce que c’est qu’écrire. Quand j’avais vingt-deux ans et que j’ai écrit un texte jamais publié, écrire signifiait accéder à une vie supérieure, profonde, pour me construire en tant qu’écrivain reconnu et faire ce qu’il y avait de plus beau pour moi : écrire un livre. Cette notion d’action politique est venue après avoir écrit et vu que cela produisait un effet : j’ai eu l’impression que, à cause de mon livre, des gens avaient pris conscience de quelque chose. À certains moments me vient la nécessité d’affronter coûte que coûte un problème personnel, comme le sentiment de honte sociale, ce que je ne peux faire que par l’écriture. Cet acte d’écriture reste mystérieux à moi-même, mais c’est la chose la plus importante pour moi.”

“Je ne montre jamais rien à personne et, à la fin, j’apporte à l’éditeur. Cela s’est toujours passé ainsi, même avec Marc Marie pour L’Usage de la photo : ce n’est qu’au dernier moment qu’on a assemblé les textes qui s’intercalent, mais on ne s’est rien dit. Au départ, le deal, c’était de choisir la même photo et d’écrire chacun sur cette photo. Je ne montre jamais rien à personne, et, le pire, c’est que, si je faisais une lecture d’une œuvre en cours, je ne pourrais plus écrire un seul mot… J’ai l’écriture fragile et solitaire.”
(Source : Écrire, écrire, pourquoi ? Entretien d’Annie Ernaux avec Raphaëlle Rérolle, crédit photo : Babsy – wikipedia)

PASSEZ À LA PRATIQUE !
Vous aussi vous voulez écrire un récit autobiographie ? Participez à notre atelier d’écriture individuel en ligne animé par Martine Paulais. Vous débutez quand vous le souhaitez et où que vous vous trouviez dans le monde ! 
en savoir +

Martine Paulais présente son atelier d’écriture sur le récit autobiographique :
http://www.dailymotion.com/video/x2w1jfv

Participez à cet atelier d’écriture sur le récit autobiographique

Partagez cet article

One thought on “Les secrets d’écrivain d’Annie Ernaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>