Les retours de livres explosent

Fin d’année douloureuse pour l’édition : à cause de problèmes de trésorerie et de la hausse à 7 % de la TVA sur le livre, les retours ont bondi en novembre.

Vent contraire pour les retours de livres. Alors que, d’habitude, ils ont plutôt tendance à diminuer en période de Noël, cette année, les chiffres montrent une évolution inquiétante. Chez Prisme, prestataire logistique pour libraires, la hausse est impressionnante pour le mois de novembre 2011 : + 29 % par rapport à l’an dernier, alors que les flux aller, eux, sont en recul de 15 %. Cette brutale augmentation renforce celle constatée depuis le début de l’année (+ 6 % sur les 11 premiers mois de 2011). Les optimistes se rassureront en se disant que ces données sont – pour l’instant – moins mauvaises que celles de 2010 (+ 9 %).

Une conjugaison de deux phénomènes

L’explication ? Deux phénomènes semblent se conjuguer, indique l’hebdomadaire Livres Hebdo. Le premier serait la hausse de la TVA sur le livre papier annoncée début novembre par le gouvernement.  « Je retourne maintenant ce que d’habitude j’aurais renvoyé en janvier, explique ainsi une libraire. Je diminue ainsi le temps que je risque de passer à modifier les prix. »

L’autre, jugée plus probable, serait « le manque de trésorerie, conjugué à l’anticipation d’une fin d’année moins forte et d’un début 2012 plutôt mou ». « Nous sommes en retours permanents alors qu’avant nous procédions par vague tous les 2 à 3 mois », confirme un autre professionnel. Une situation économique difficile qui laisse présager le pire chez certains. Ainsi, parmi les employés de la chaîne de magasins Chapitre, les consignes très strictes pour « écrémer les piles » le lendemain de Noël font craindre un prochain plan de licenciements.

(d’après Livres Hebdo)

Partagez cet article

One thought on “Les retours de livres explosent

  1. Marco

    C’est rigolo, aucune remise en question du choix des titres, genre Tristane & co…. on n’a pas suivi les mêmes cours de marketing apparemment… dans me cours, on m’expliquait que si le consommateur ne suivait pas, c’est que l’offre était pourrie…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.