Les partis pro-piratage prennent de l’ampleur

En Allemagne,  le parti pirate Piratenpartei a obtenu près de 8% des voix lors des élections régionales le 13 mai. Des auteurs, inquiets pour leurs droits d’auteur, ont lancé une pétition.

Le Piratenpartei, qui prône la libre circulation des biens culturels, a été fondé en Allemagne en 2006. Il est désormais présent dans quatre régions, dont la Rhénanie du nord – Westphalie (RNW), la plus peuplée et la plus riche d’Allemagne.

20 sièges au parlement

Lors des élections régionales de la RNW le 13 mai, le Piratenpartei a obtenu 7,8% des voix, soit 20 sièges sur 237. Cela fait de lui la 5e force du land, juste derrière le parti social-démocrate (8,6%) et les verts (11,3%). Le parti est également représenté au parlement de Berlin, où il a obtenu 8,9% des voix l’an dernier, dans la Sarre (7,4%) et dans le Schleswig-Holstein (8,2%). Des scores encourageants pour les législatives nationales de 2013, où le parti entend dépasser la barre des 10%.

Un parti qui dérange

La fulgurante montée de ce parti fait des inquiets, à commencer par les membres du parlement. Leurs accoutrements, leur langage familier et leur désinvolture agacent les parlementaires qui accordent peu de crédit à ces nouveaux membres, sans réel programme. En effet, Michele Marsching, chef du Parti Pirate de Rhénanie du nord, le reconnaît volontiers : « 80 % de ceux qui votent pour nous ignorent ce que nous proposons dans le détail, mais se reconnaissent dans nos valeurs« . Ces valeurs reposent sur le partage et la communauté. Ils invitent les internautes à proposer leurs idées, ces dernières, soumises au vote d’internautes, feront parti de leur programme. Ils prônent également une transparence des informations publiques et une libre circulation des biens culturels. Cette mesure effraie les artistes et écrivains allemands. Plus de 1 500 d’entre eux ont lancé une pétition pour défendre leur droit d’auteur : « Wir sind die Urhebber » (« Nous sommes les créateurs »).

Le Parti Pirate aux législatives françaises

L’équivalent du Piratenpartei existe dans d’autres pays européens comme en Suède, en Espagne, en Finlande et en France. Le Parti Pirate sera présent aux élections législatives française en juin 2012. On peut consulter leur programme sur leur site internet. On retrouve parmi les grands thèmes la légalisation du partage, la lutte contre le fichage abusif et l’ouverture des données publiques. Pour ce qui concerne la légalisation du partage, ils souhaitent créer une licence de gestion collective et un mécénat global, pour rémunérer les artistes tout en libérant l’offre.

Sources :
levif.be
numerama.com
partipirate.org

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.