Les Maîtres du Lieu

Votez pour cette nouvelle en la partageant sur Facebook et Twitter !

Une maison au milieu d’une cour d’école. Elle est complètement ouverte. On dirait une fête. À l’intérieur, on est tout de suite marqué par leur présence. Ils tiennent les lieux, indéniablement.

On ne peut pas dire que la première impression soit très glorieuse : ils n’arrivent pas à marcher droit, c’est vous dire. Ils titubent, ils ont l’air franchement bourrés. Il y en a même qui rampent au sol ! Et ils sont morts de rire, en plus ! Vous y croyez, vous ?
Ils chopent tout ce qu’ils trouvent, et c’est comme ça qu’ils passent leur temps. J’en ai même vu qui mangeaient de la terre. Ils n’ont aucune morale, aucune éducation, tout ce qu’ils semblent vouloir faire, c’est jouer au con et s’amuser. Des petits provocateurs, des bouffons, voilà ce qu’ils sont. Ils ne bossent JA-MAIS et ils croient que tout leur est dû. Ils ne peuvent pas s’empêcher de désobéir : ils ne savent tout simplement pas ce que ça veut dire, que d’obéir.
Et comment malpolis qu’ils sont ! Et la manière dont ils vous regardent, sans jamais répondre à vos bonjours. Ils s’en tapent, voilà tout. Ils mangent, ils boivent, ils font et ils dorment. C’est bien là tout c’qu’ils savent faire à peu près correctement. Et puis, ils ont des coupes de cheveux le plus souvent ridicules, il faut avouer. Aucun sens de l’esthétique. Des ploucs. Des beaufs.
Bien triste exemple pour notre jeunesse.

Cela étant dit, tout eux mêmes qu’ils sont, ils n’en demeurent pas moins hilarants.
Attends, ils ont une tête carrément trop grosse pour leur corps, et à l’évidence trop arrondie, tu peux pas les prendre au sérieux. C’est tout leur corps, qui est rond de toute façon, épaules, nichons, fesses, joues, cuisses, ventre, ils sont tout en boulettes, tout en bulles, des petits bouddhas boudinés, ils roulent sur tout c’qui bouge. On les dirait échappés d’un dessin animé, ou bien c’est moi, qu’ai des hallucinations ? Comment est-ce que de si petites, maladroites, incultes créatures peuvent avoir autant de pouvoir sur nous tous ? Parce qu’autant vous dire, que niveau conversation, c’est le néant. Le degré zéro de la culture. Des animaux. Comment arrivent-ils malgré tout à illuminer nos journées de leur simple présence ?

Et j’vous parle pas du moment où vous acceptez de devenir leur disciple ! Ils sont toujours surpris, jamais lassés, même de regarder leur main se mouvoir, même de chacune de leurs démonstrations de maladresse, qui les laisse stupéfaits. Et puis, ils sont si flexibles ! T’as vu comment facilement ils s’accroupissent et se relèvent, sur ressorts, qu’ils sont montés ! Des primates ! Y a que les profs de yoga qui puissent en faire autant, la vérité. Et puis, ils respirent du ventre, ah ça on peut l’dire, leur bidon est toujours relâché, toujours bien bombé, et ils s’en foutent, si c’est pas la tendance du moment, et tout c’qu’ils font, c’est respirer, de la seule manière qui soit, des tripes, en profondeur. Et puis faut dire aussi comment ils viennent vers toi, à chaque fois comme la première fois, sans te juger, sans peur, parce qu’ils ont pas encore de mot pour dire qui tu es. Ils vont et voient. Et j’te raconte pas comment ils passent leurs journées : ils s’a musent. C’est TOUT ce qu’ils font. Tu crois qu’ils se font des nœuds d’estomac à se soucier de demain et d’hier ? Ils ont la mémoire courte. Aucun espoir ni ambition. Ils pardonnent systématiquement. Ils ont pas d’autre choix, que d’être gentils, du simple fait qu’ils sont faits de tous ceux qui les entourent.

Y a d’abord un bébé.
Puis le bébé devient pupille de la Nation.
Ensuite il devient Patriote, puis Ancien Combattant.
Et, si assez chanceux pour être vieux, alors il perd la mémoire : juste cette image, qui lui revient de temps en temps, et qui le fait regarder au ciel, et sourire. C’est une maison, au milieu d’une cour d’école. Elle est complètement ouverte.

On dirait une fête.

Julien Mani

Partagez cet article

One thought on “Les Maîtres du Lieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.