Les Français lisent un tiers de moins qu’en 1986

En 25 ans, le temps moyen consacré par les Français à la lecture a fondu d’un tiers, passant de 27 à 18 minutes quotidiennes. La TV reste de loin le loisir préféré…

Inexorablement semble-t-il, la lecture recule dans l’Hexagone. Par rapport à 1986, les Français passent en effet 9 minutes de moins par jour à lire, qu’il s’agisse de livres ou de journaux (y compris sur Internet). C’est ce que montre une étude publiée la semaine dernière par l’Insee. Selon cette même enquête, les plus gros lecteurs resteraient les retraités. Ils y consacreraient plus d’une demi-heure par jour, contre 18 minutes environ dans le reste de la population.

Le temps passé sur Internet a doublé en 12 ans

Mais la lecture ne pèse pas grand chose, comparativement à la télévision. D’après l’Institut national de la statistique, les Français regarderaient leur écran près de deux heures par jour, soit 40 % de leur temps libre quotidien. Une durée équivalente à celle mesurée en 1999, lors de la précédente enquête. Toujours par rapport à 1999, le temps passé par les Français à surfer ou à jouer sur Internet aurait lui augmenté de 100 %, à 33 minutes par jour.

Ces données ont été mises en évidence par l’Insee dans le cadre d’une étude plus large sur la manière dont les Français répartissent leur temps dans une journée. Outre des informations sur le temps consacré aux loisirs, elle donne des précisions sur le temps physiologique et le temps professionnel. On apprend ainsi, par exemple, que les habitants de l’Hexagone ont perdu 23 minutes de sommeil et 11 minutes de travail, le tout en l’espace de 25 ans.

(d’après Insee)

Sur le même sujet, lire aussi :

Les jeunes Français aiment de moins en moins lire

 

Partagez cet article

One thought on “Les Français lisent un tiers de moins qu’en 1986

  1. Léo

    Certes les autres supports de communication agissent considérablement sur les habitudes, mais le temps y est également pour quelque chose. Pourtant, les nouvelles n’ont toujours pas la côte dans le milieu des grands éditeurs. Si l’offre était plus adaptée en terme de temps et de disponibilité, alors pourrions nous songer à une reconquête du lectorat ? Il n’y a rien de plus frustrant que de commencer un roman, le laisser par manque de temps. le reprendre, finalement revenir en arrière pour… à terme l’abandonner (je ne parle pas là des passionnés de lecture) ! Et lorsque l’envie de se remettre à lire renaît, dans un espace temps propice, se dire que finalement, cela ne servirai à rien… A l’internet également de capter de nouveau le lectorat.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.