Le monde des anti-héros est-il uniquement masculin ?

anti-heroines

Lisbeth Salander


Les écrivaines regrettent un certain machisme à l’encontre des anti-héroïnes, souvent perçues comme dégradantes pour leurs créatrices.

Selon l’écrivaine américaine Roxane Gay, la sympathie que l’on éprouve pour un personnage est fondée sur « un mensonge très élaboré, un code de conduite ». Ils mettent en lumière les différences entre personnages masculins et féminins. « Un homme peu attachant est intéressant. La noirceur, la tourmente le rendent fascinant même si ses actes sont détestables. (…) Mais lorsque ces traits de caractère deviennent ceux d’une femme, cela soulève les critiques », regrette l’auteure. De fait, les écrivaines sont souvent confondues avec leurs personnages, comme si elles n’avaient pas les mêmes capacités imaginatives que les hommes. « Comment une femme pourrait-elle créer un monstre sans en être un elle-même ? », ironise la romancière Emma Jane Unsworth. Les genres prédominent toujours en littérature, et sont très réducteurs pour une oeuvre.

Qu’est-ce qu’une bonne « anti-héroïne » ? On définit habituellement deux critères : un mauvais comportement et des choix peu conventionnels. Mais ces anti-héroïnes ont bien d’autres apparences ! Dans un style purement anti-conventionnel, Jane Eyre est un personnage féminin fondamental. Courageuse, franche et légèrement lugubre, elle est une adolescente solitaire. A travers cette figure, Brontë a chahuté plusieurs préjugés de l’époque victorienne à propos du genre et des classes. Flaubert a évoqué l’émancipation féminine à travers le personnage d’Emma Bovary. Celle-ci a ainsi fait face à la moralité et à l’ambivalence de l’instinct maternel. Elle a quelques traits en commun avec la figure d’Eva dans Il faut qu’on parle de Kevin, écrit par Lionel Shriver. Mais le personnage le plus détestable demeure probablement Lisbeth Salander, héroine de la série Millenium écrite par Stieg Larsson : pirate informatique tatouée, violente et marginale, elle transcende le genre !
(Source : The Guardian ; Crédit photo : Wikipedia)

Retrouvez nos articles : 
La critique littéraire préfère les écrivains aux écrivaines

Les éditeurs de science-fiction s’arrachent les écrivaines

Les auteurs de livres pour enfants sont-ils sexistes ?

Vous souhaitez savoir si vous êtes sur la bonne voie ?

visu-analyse-carreUn conseiller littéraire vous donne des pistes de retravail et vous guide dans l’écriture de la suite de votre roman. En savoir +

Faites retravailler votre manuscrit !

visu-reecriture-carreVous avez écrit le premier jet de votre manuscrit et vous souhaitez que quelqu’un d’autre le retravaille ? Confiez-le à l’un de nos conseillers littéraires. En savoir +

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.